Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Wall Street clôture sur un nouveau plongeon

Dernière modification : 09/10/2008

La Bourse de New York a subi un vent de panique en fin de séance, des investisseurs craignant de nouvelles faillites de banques. Le Dow Jones a cédé 7,33 %. Analyse de Pierre Alexandre, chroniqueur boursier pour FRANCE 24.

Lire également notre dossier : "Le capitalisme mondial sur la sellette"

 
 
Fébriles, les marchés boursiers européens se sont enfoncés jeudi dans le rouge après un rebond initial, malmenés par les inquiétudes persistantes sur l'avenir du secteur bancaire, à la veille des réunions des grands argentiers mondiaux à Washington.

En Asie et en Europe, les Bourses avaient d'abord semblé rassérénées par les baisses concertées mercredi des taux directeurs de six grandes banques centrales occidentales, ainsi que par les appels au calme des responsables internationaux.

Mais après une ouverture en hausse, Wall Street a fait replonger les places boursières européennes en fin de séance, sous l'effet d'une crise de confiance qui n'en finit pas d'ébranler la sphère financière.

En ordre dispersé, les gouvernements continuent pourtant de tenter de colmater les brèches du système bancaire afin d'éviter les faillites, de rassurer les épargnants et de rouvrir le robinet du crédit.

Tous les regards se tournent vers les sept principaux pays industrialisés (G7), dont les ministres des Finances et les banquiers centraux se retrouvent vendredi à Washington pour tenter de trouver des remèdes à la crise financière.

Le président américain George W. Bush accueillera ensuite samedi les responsables du G7, du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

En Europe, la place de Londres a terminé en recul de 1,21%, Francfort de 2,53%, Paris de 1,55%, de même que la Bourse Suisse (-4,52%), Milan (-1,81%), Bruxelles (-4%) ou Madrid (-3,83%).

Selon un vendeur d'actions parisien, ce décrochage s'expliquerait par la reprise des ventes à découvert (spéculation à la baisse) sur les valeurs financières à New York, qui étaient interdites depuis le 19 septembre.

Wall Street était indécis: à 16H00 GMT, le Dow Jones perdait 0,58% et le Nasdaq gagnait 0,58%.

En Asie, les Bourses ont connu une accalmie. Après un plongeon historique mercredi, Tokyo a clôturé en petite baisse (0,50%), Hong Kong a gagné 3,31% et Singapour 3,40%.

Les marchés restaient nerveux malgré l'appel lancé mercredi soir par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet: "Reprenez vos esprits!", avait-il martelé, voyant dans la baisse concertée des taux d'intérêt "un signal de confiance au marché".

Mais le problème de fond persiste: le marché interbancaire reste paralysé, car les banques ne se prêtent plus entre elles, paniquées à l'idée de possibles faillites. Les taux demandés sur ces marchés restent à des niveaux record.

La BCE est toujours à la manoeuvre pour tenter de ramener la confiance et a mis sur le marché 100 milliards de dollars, doublant la somme habituelle.

En Islande, l'Etat a pris le contrôle de la première banque du pays, Kaupthing. Les trois principaux établissements bancaires de l'île sont désormais nationalisés.

L'Irlande a étendu sa garantie totale sur les dépôts bancaires à cinq banques étrangères fortement implantées dans le pays.

Les Etats belge, français et luxembourgeois ont à nouveau volé au secours du bancassureur franco-belge Dexia, partiellement nationalisé la semaine dernière, en lui apportant leur garantie pour lui permettre d'emprunter sur les marchés.

"Certaines institutions financières vont faire faillite" aux Etats-Unis en dépit des récentes mesures, a averti le secrétaire au Trésor américain Henry Paulson.

Selon le New York Times, citant des responsables gouvernementaux, Washington envisage désormais de prendre des parts dans le capital de "beaucoup de banques américaines pour essayer de ramener la confiance dans le système financier".

La chancelière allemande Angela Merkel, interrogée sur d'éventuelles nationalisations bancaires, a déclaré qu'elle ne "pouvait rien exclure définitivement".

La crise commence à se propager à d'autres secteurs de l'économie en Europe, comme l'immobilier et le BTP en France: le PDG du promoteur immobilier Nexity, Alain Dinin, a prévenu que 180.000 salariés du bâtiment pourraient se retrouver au chômage.

L'entrée en Bourse de la compagnie allemande de chemins de fer Deutsche Bahn, prévue fin octobre, a été repoussée "jusqu'à ce que la situation sur les marchés financiers soit meilleure".

Dans ce contexte, le communiqué final des responsables du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie et Japon) réunis vendredi à Washington est très attendu par les marchés.

Après avoir pendant des années donné des leçons de libéralisme et de bonne gouvernance, les Etats-Unis apparaissent en position d'accusé dans la crise mondiale.

Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn a appelé les pays européens à serrer les coudes. "J'appelle les pays européens à travailler ensemble. Il n'y pas de solution nationale dans une crise comme celle-ci", a-t-il déclaré.

Mercredi, le FMI avait jeté un froid en annonçant un coup d'arrêt brutal à la croissance, qui n'atteindrait que 0,1% aux Etats-Unis et 0,2% dans la zone euro l'an prochain.

 

Première publication : 09/10/2008

COMMENTAIRE(S)