Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • Cessez-le-feu de douze heures entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : il sera "très difficile" de récupérer les corps des victimes

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • La manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • En images : les damnés de Gaza

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

Les Bleus attendus au tournant face à la Roumanie

Dernière modification : 10/10/2008

L'équipe de France affrontera, samedi, la Roumanie dans le modeste stade de Constanta. Match capital pour les qualifications de la Coupe du monde 2010, mais aussi pour l'entraîneur Raymond Domenech, de plus en plus contesté.

A un jour d'un match capital en Roumanie en qualification au Mondial-2010 (Gr7), les nuages s'accumulent dans le ciel de l'équipe de France, que ce soit sur le terrain avec la blessure et le forfait de Gallas, ou en dehors avec ce qui devient "l'affaire du médicament", qui énerve Vieira.
  
  
Pépins physiques
  
La semaine avait mal commencé, avec le forfait de Lassana Diarra dès lundi soir (inflammation du genou gauche, il n'a toujours pas été remplacé), puis avec trois joueurs ménagés et absents mardi du premier entraînement: Anelka, Benzema, Gallas. Mercredi, Anelka a continué à faire du vélo quand ses partenaires retrouvaient le terrain.

Benzema et Gallas disputaient tout l'entraînement. Mais Ben Arfa finissait la séance en se tenant le genou droit et, dans la nuit de mercredi à jeudi, Boumsong et Briand étaient appelés en renfort.

Sage précaution puisque Gallas a fini par déclarer forfait jeudi pour la Roumanie en raison d'une lésion à la cuisse droite avant que Ben Arfa ne soit dispensé d'entraînement pour cause d'inflammation du genou droit. Seule bonne nouvelle pour Domenech: Anelka a retrouvé le terrain et ses coéquipiers jeudi.
  
  
 "L'affaire" du médicament de Vieira
  
Le Parisien affirmait mercredi que Vieira avait suggéré à l'encadrement des Bleus de lui prescrire un produit interdit à la vente en France, mais qui ne figure pas sur la liste des produits interdits par l'Agence mondiale antidopage (AMA).

L'encadrement technique et médical aurait alors refusé. Pour rappel, Vieira, touché à une cuisse, était resté avec le groupe durant l'Euro mais n'avait pas pu jouer une seule minute. La veille du dernier match des Bleus, il avait pointé des "incohérences" dans son traitement, ce qui avait conduit au remplacement chez les Bleus du Dr Paclet par le Dr Simon.

L'histoire semblait s'arrêter là, avec le retour de "Pat", enfin guéri, chez les Bleus, récupérant au passage le brassard de capitaine. Mais le fait que Le Parisien évoque ce produit a provoqué la colère du joueur de l'Inter Milan. "Je suis énervé, ces suppositions sont très graves, a-t-il confié au journal L'Equipe.

Ce n'est pas la manière dont j'ai géré mes quinze ans de carrière. On est en train de me faire un procès pour un truc que je n'ai pas pris". Mais l'encadrement des Bleus a assuré à l'AFP que Vieira n'avait pas l'intention de se dérober devant la presse vendredi.
  
L'ombre du conseil fédéral
  
Plus le match contre la Roumanie approche, et plus s'étend l'ombre du conseil fédéral du 15 octobre, qui doit décider du sort de Raymond Domenech. Certains joueurs essaient de faire abstraction.

"Je ne pense pas que ça joue, a assuré Abidal, dans un entretien accordé à l'AFP. On est des compétiteurs, on n'est pas dans cet état d'esprit-là. Le groupe a un bon feeling avec le coach, s'ils (les journalistes) pensent qu'il ne communique pas très bien, s'ils n'apprécient pas sa manière de faire... 

Le principal, c'est le groupe". Mais d'autres, comme Ribéry, sentent l'atmosphère à couper au couteau. Blessé jusqu'à peu, "Kaiser Franck" a pu observer avec recul l'ambiance autour des Bleus entre la défaite en Autriche (3-1) et la victoire contre la Serbie (2-1): "C'était dur. De l'extérieur, j'ai senti que l'équipe a passé dix jours difficiles, j'avais des joueurs au téléphone, ça a été très dur aussi pour le coach".

Et de tenter de déstresser ses partenaires qui pourraient l'être: "Certains ont peut-être peur de la pression, des médias ou du public. Il faut oser, tenter des choses, dribbler et frapper au but s'il le faut.

On a de bons joueurs, il faut se faire plaisir". Pour détendre l'ambiance, les Bleus ont d'ailleurs assisté mercredi soir à un spectacle organisé par le comédien Jamel Debbouze, ami d'enfance d'Anelka.
 

Première publication : 10/10/2008

COMMENTAIRE(S)