Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Les Bleus attendus au tournant face à la Roumanie

Dernière modification : 10/10/2008

L'équipe de France affrontera, samedi, la Roumanie dans le modeste stade de Constanta. Match capital pour les qualifications de la Coupe du monde 2010, mais aussi pour l'entraîneur Raymond Domenech, de plus en plus contesté.

A un jour d'un match capital en Roumanie en qualification au Mondial-2010 (Gr7), les nuages s'accumulent dans le ciel de l'équipe de France, que ce soit sur le terrain avec la blessure et le forfait de Gallas, ou en dehors avec ce qui devient "l'affaire du médicament", qui énerve Vieira.
  
  
Pépins physiques
  
La semaine avait mal commencé, avec le forfait de Lassana Diarra dès lundi soir (inflammation du genou gauche, il n'a toujours pas été remplacé), puis avec trois joueurs ménagés et absents mardi du premier entraînement: Anelka, Benzema, Gallas. Mercredi, Anelka a continué à faire du vélo quand ses partenaires retrouvaient le terrain.

Benzema et Gallas disputaient tout l'entraînement. Mais Ben Arfa finissait la séance en se tenant le genou droit et, dans la nuit de mercredi à jeudi, Boumsong et Briand étaient appelés en renfort.

Sage précaution puisque Gallas a fini par déclarer forfait jeudi pour la Roumanie en raison d'une lésion à la cuisse droite avant que Ben Arfa ne soit dispensé d'entraînement pour cause d'inflammation du genou droit. Seule bonne nouvelle pour Domenech: Anelka a retrouvé le terrain et ses coéquipiers jeudi.
  
  
 "L'affaire" du médicament de Vieira
  
Le Parisien affirmait mercredi que Vieira avait suggéré à l'encadrement des Bleus de lui prescrire un produit interdit à la vente en France, mais qui ne figure pas sur la liste des produits interdits par l'Agence mondiale antidopage (AMA).

L'encadrement technique et médical aurait alors refusé. Pour rappel, Vieira, touché à une cuisse, était resté avec le groupe durant l'Euro mais n'avait pas pu jouer une seule minute. La veille du dernier match des Bleus, il avait pointé des "incohérences" dans son traitement, ce qui avait conduit au remplacement chez les Bleus du Dr Paclet par le Dr Simon.

L'histoire semblait s'arrêter là, avec le retour de "Pat", enfin guéri, chez les Bleus, récupérant au passage le brassard de capitaine. Mais le fait que Le Parisien évoque ce produit a provoqué la colère du joueur de l'Inter Milan. "Je suis énervé, ces suppositions sont très graves, a-t-il confié au journal L'Equipe.

Ce n'est pas la manière dont j'ai géré mes quinze ans de carrière. On est en train de me faire un procès pour un truc que je n'ai pas pris". Mais l'encadrement des Bleus a assuré à l'AFP que Vieira n'avait pas l'intention de se dérober devant la presse vendredi.
  
L'ombre du conseil fédéral
  
Plus le match contre la Roumanie approche, et plus s'étend l'ombre du conseil fédéral du 15 octobre, qui doit décider du sort de Raymond Domenech. Certains joueurs essaient de faire abstraction.

"Je ne pense pas que ça joue, a assuré Abidal, dans un entretien accordé à l'AFP. On est des compétiteurs, on n'est pas dans cet état d'esprit-là. Le groupe a un bon feeling avec le coach, s'ils (les journalistes) pensent qu'il ne communique pas très bien, s'ils n'apprécient pas sa manière de faire... 

Le principal, c'est le groupe". Mais d'autres, comme Ribéry, sentent l'atmosphère à couper au couteau. Blessé jusqu'à peu, "Kaiser Franck" a pu observer avec recul l'ambiance autour des Bleus entre la défaite en Autriche (3-1) et la victoire contre la Serbie (2-1): "C'était dur. De l'extérieur, j'ai senti que l'équipe a passé dix jours difficiles, j'avais des joueurs au téléphone, ça a été très dur aussi pour le coach".

Et de tenter de déstresser ses partenaires qui pourraient l'être: "Certains ont peut-être peur de la pression, des médias ou du public. Il faut oser, tenter des choses, dribbler et frapper au but s'il le faut.

On a de bons joueurs, il faut se faire plaisir". Pour détendre l'ambiance, les Bleus ont d'ailleurs assisté mercredi soir à un spectacle organisé par le comédien Jamel Debbouze, ami d'enfance d'Anelka.
 

Première publication : 10/10/2008

COMMENTAIRE(S)