Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations la France suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

Émeutes au Sénégal après l'élimination de la sélection

Dernière modification : 12/10/2008

L'élimination du Sénégal du Mondial et de la Coupe d'Afrique 2010 après le match nul à domicile concédé face à la Gambie a provoqué des violences à Dakar, où le siège de la Fédération de football a été partiellement saccagé.

Des échauffourées ont éclaté samedi près d'un stade à Dakar après l'élimination du Sénégal à la suite du match (1-1) contre la Gambie, qualificatif pour le Mondial et la Coupe d'Afrique des nations 2010 de football (groupe 6, zone Afrique), ont constaté des journalistes de l'AFP

Juste après le match, des jeunes ont jeté des pierres sur l'encadrement de l'équipe nationale, qui quittait le stade, protégé par les boucliers des forces de l'ordre, a constaté un photographe de l'AFP.

Les jeunes en colère ont ensuite visé les policiers et gendarmes qui ont riposté à coups de grenade lacrymogène.

Ils ont bloqué les rues adjacentes en érigeant des barricades et en faisant brûler des pneus, a constaté un photographe de l'AFP.

Un véhicule a été incendié en face de la Fédération sénégalaise de football, qui a été partiellement saccagée, selon des témoignages.

Vers 20H00 (locales et GMT), la situation au niveau du stade était "calme", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la gendarmerie, le commandant Daouda Diop. "C'est calme, c'est sécurisé. Mais il y a des échauffourées dans les rues adjacentes qu'on est train de maîtriser", a-t-il précisé.

"Il y a eu des arrestations mais on n'a pas encore le bilan", a-t-il poursuivi.
 

Première publication : 12/10/2008

COMMENTAIRE(S)