Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Émeutes au Sénégal après l'élimination de la sélection

Dernière modification : 12/10/2008

L'élimination du Sénégal du Mondial et de la Coupe d'Afrique 2010 après le match nul à domicile concédé face à la Gambie a provoqué des violences à Dakar, où le siège de la Fédération de football a été partiellement saccagé.

Des échauffourées ont éclaté samedi près d'un stade à Dakar après l'élimination du Sénégal à la suite du match (1-1) contre la Gambie, qualificatif pour le Mondial et la Coupe d'Afrique des nations 2010 de football (groupe 6, zone Afrique), ont constaté des journalistes de l'AFP

Juste après le match, des jeunes ont jeté des pierres sur l'encadrement de l'équipe nationale, qui quittait le stade, protégé par les boucliers des forces de l'ordre, a constaté un photographe de l'AFP.

Les jeunes en colère ont ensuite visé les policiers et gendarmes qui ont riposté à coups de grenade lacrymogène.

Ils ont bloqué les rues adjacentes en érigeant des barricades et en faisant brûler des pneus, a constaté un photographe de l'AFP.

Un véhicule a été incendié en face de la Fédération sénégalaise de football, qui a été partiellement saccagée, selon des témoignages.

Vers 20H00 (locales et GMT), la situation au niveau du stade était "calme", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la gendarmerie, le commandant Daouda Diop. "C'est calme, c'est sécurisé. Mais il y a des échauffourées dans les rues adjacentes qu'on est train de maîtriser", a-t-il précisé.

"Il y a eu des arrestations mais on n'a pas encore le bilan", a-t-il poursuivi.
 

Première publication : 12/10/2008

COMMENTAIRE(S)