Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Loi Macron : la France, impossible à réformer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Dette grecque : que peut faire Alexis Tsipras ?

En savoir plus

Émeutes au Sénégal après l'élimination de la sélection

Dernière modification : 12/10/2008

L'élimination du Sénégal du Mondial et de la Coupe d'Afrique 2010 après le match nul à domicile concédé face à la Gambie a provoqué des violences à Dakar, où le siège de la Fédération de football a été partiellement saccagé.

Des échauffourées ont éclaté samedi près d'un stade à Dakar après l'élimination du Sénégal à la suite du match (1-1) contre la Gambie, qualificatif pour le Mondial et la Coupe d'Afrique des nations 2010 de football (groupe 6, zone Afrique), ont constaté des journalistes de l'AFP

Juste après le match, des jeunes ont jeté des pierres sur l'encadrement de l'équipe nationale, qui quittait le stade, protégé par les boucliers des forces de l'ordre, a constaté un photographe de l'AFP.

Les jeunes en colère ont ensuite visé les policiers et gendarmes qui ont riposté à coups de grenade lacrymogène.

Ils ont bloqué les rues adjacentes en érigeant des barricades et en faisant brûler des pneus, a constaté un photographe de l'AFP.

Un véhicule a été incendié en face de la Fédération sénégalaise de football, qui a été partiellement saccagée, selon des témoignages.

Vers 20H00 (locales et GMT), la situation au niveau du stade était "calme", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la gendarmerie, le commandant Daouda Diop. "C'est calme, c'est sécurisé. Mais il y a des échauffourées dans les rues adjacentes qu'on est train de maîtriser", a-t-il précisé.

"Il y a eu des arrestations mais on n'a pas encore le bilan", a-t-il poursuivi.
 

Première publication : 12/10/2008

COMMENTAIRE(S)