Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

Le FMI estime que le "pic de la crise est derrière nous"

Dernière modification : 13/10/2008

Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI), s'est félicité des décisions prises par le sommet de l'Eurogroupe à Paris. "Le pic de la crise est peut-être derrière nous", estime-t-il.

Retrouvez notre dossier spécial : "Le capitalisme sur la sellette".

 
 
Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se sont félicités dimanche des progrès faits pour coordonner les réponses à la crise financière, au sein du G7, de la zone euro et des institutions multilatérales, mais ont demandé de ne pas oublier les pays pauvres.
   
Au terme de trois jours de négociations à Washington puis à Paris, les gouvernements des pays riches et émergents ont fait de nets progrès pour proposer des solutions face à la crise, incluant des mesures d'une ampleur exceptionnelle.
   
"Je suis confiant, parce que je suis sûr que ce qui a été fait ces derniers jours, commençant avec le G7, qui s'est poursuivi avec la réunion du comité du Fonds monétaire international et s'est fini avec la réunion de l'Eurogroupe, est exactement le genre d'initiatives que nous devons prendre", a affirmé le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn lors d'une conférence de presse.
   
Vendredi, le groupe des sept pays les plus industrialisés (G7) réuni à Washington a adopté un plan d'action en cinq points, s'engageant entre autres à empêcher toute faillite de banque importante, un plan soutenu samedi par le G20, qui réunit les pays riches et émergents, et par le Comité du Fonds monétaire international, au nom des 185 membres du FMI.
   
Dimanche à Paris, les 15 pays de la zone euro ont adopté un plan d'action comprenant une garantie des prêts interbancaires et un recours possible à la recapitalisation des banques.
   
"Non seulement cette action est coordonnée, mais elle va également dans les détails. Nous avions déjà des détails dans le plan américain, appelé plan Paulson. Nous avions des détails dans le plan du Royaume-Uni, et à l'évidence nous avons des détails dans le plan de la zone euro", a estimé M. Strauss-Kahn.
   
"Donc on peut dire que presque tous les pays sont couverts par le plan", a-t-il estimé.
   
Le président de la Banque mondiale Robert Zoellick, qui participait à la conférence aux côtés de M. Strauss-Kahn, a souligné pour sa part que la crise financière soulignait la nécessité d'engager "une action concertée" dans le but de "bâtir un meilleur système pour l'avenir".
   
Son institution a annoncé dimanche qu'elle envisageait de créer un fonds pour aider à la recapitalisation des banques dans les pays émergents qui pourraient être touchées par la crise.
   
Mais l'adoption de mesures coûteuses fait craindre une réduction de l'aide publique au développement.
   
"Les flux d'aide doivent être maintenus", a insisté M. Zoellick, souhaitant "qu'au moment où les gouvernements et les opinions publiques tournent leur attention sur ce qui se passe chez eux, ils ne reculent pas par rapport à leurs engagements pour augmenter l'assistance internationale".
   
"La crise financière ajoute une crise à une autre, celle des prix du pétrole et de l'alimentation", a rappelé M. Strauss-Kahn, prenant l'exemple d'Haïti, frappé par l'inflation des prix des produits de base, par des ouragans, et par le ralentissement mondial.
   
"Nous ne devons pas oublier cette autre crise, même si nous passons la plupart de notre temps sur la crise financière", a-t-il souligné.
   
M. Zoellick a également évoqué le changement climatique. "L'une des leçons de cette crise (la crise financière, ndlr) est qu'il faut régler les problèmes. Il ne fait pas de doute que le changement climatique va être un problème demain", selon le président de la Banque mondiale.

Première publication : 13/10/2008

COMMENTAIRE(S)