Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce: après la victoire Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Pour résister" : un plaidoyer contre toutes les formes d'extrémisme

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Migrants climatiques : les réfugiés du siècle

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Venise au Moyen-Âge : un redoutable guerrier économique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Love and Loss" : le beau retour de Tina Arena

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Crise grecque : un référendum sous haute tension

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Maroc : la robe de la discorde

En savoir plus

Les Bleus battent la Tunisie 3 buts à 1

Dernière modification : 15/10/2008

En attendant la décision du conseil fédéral pour le maintien ou non de Raymond Domenech à la tête de l'équipe de France, les tricolores ont battu une équipe de Tunisie conquérante 3 buts à 1 au terme d'un match amical spectaculaire.

L'équipe de France, menée au score après des erreurs défensives en première période, a nettement battu (3-1) la Tunisie en amical mardi et définitivement validé les options de son sélectionneur Raymond Domenech, qui sera logiquement reconduit à son poste mercredi au conseil fédéral.
   
Le grand artisan de ce succès a été le "Roi" Henry. Le joueur du Barça, avec un doublé qui porte à 48 son record de buts en Bleu (en 107 sélections, joueur le plus capé en activité), a offert une paix souveraine au technicien national, lui qui était plus que menacé il y a une semaine et demie.
   
Mais, même si la France avait perdu mardi au Stade de France, l'issue aurait sans doute été la même, avec un maintien du sélectionneur. Car Domenech avait fait le plus dur en ramenant un valeureux nul de Roumanie samedi (2-2). Et, pour mardi, il y aurait toujours eu l'excuse des blessures (Gallas, Sagna, Vieira, sans oublier un Anelka ménagé durant le stage et finalement en tribunes mardi).
   

Marseillaise sifflée

   
Dans un stade majoritairement occupé par le public tunisien (avec une Marseillaise malheureusement sifflée, tout comme les Bleus, conspués), la France n'a pas dérogé à ses habitudes: une défense brouillonne, qui laisse les Bleus être menés, avant que l'arsenal offensif et l'envie des Tricolores ne fasse la différence.
   
Comme un symbole, c'est Henry, capitaine, qui a montré la voie. Le joueur du Barça a récupéré le ballon dans une incroyable course, puis s'est appuyé sur Gourcuff pour tromper Mathlouthi d'une frappe limpide (1-1, 40e).
   
"Titi" n'avait plus ensuite qu'à confirmer la tendance (2-1, 48e), avant que Benzema, très critiqué ces derniers temps pour son faible impact en Bleu, aggrave le score (3-1, 58e).
   
Avant d'être dépassés, les Tunisiens ont exploité les largesses de la défense française (15 buts encaissés en 8 matches). Ce secteur de jeu reste toujours le grand chantier en vue de la suite des qualifications du Mondial-2010 (qui reprendront avec deux matches cruciaux contre la Lituanie, aller et retour, les 28 mars et 1er avril).
   

Alou Diarra solide

   
Jemâa s'est d'abord joué de Boumsong avant de tirer entre les jambes de Mandanda, la balle rebondissant sur un talon du gardien des Bleus avant d'entrer pour l'ouverture du score (1-0, 30e).
   
Domenech a du travail pour ses lignes arrières: Boussaïdi qui réalise un grand pont sur Clichy à gauche (11e), Ben Khalfallah, passant à droite, qui est tout près de réussir son lob (21e), Boumsong, dans l'axe, à deux doigts d'une nouvelle erreur face à Jemâa, toujours lui (37e).
   
"Boum" est maudit. Il était déjà fautif sur un des deux buts encaissés en Roumanie samedi lors du 2-2. Le joueur de Lyon ne présente pas assez de garanties pour être une doublure crédible, alors que Gallas est blessé et que Domenech ne fait plus confiance à Mexès, passé au travers lors du match en Autriche (3-1) le 6 septembre.
   
Mais, en dehors de la défense, le reste du plan Domenech fonctionne toujours et permet d'avoir une idée de ce que sera l'équipe de France pour le reste des qualifications au Mondial-2010.
   
Le 4-2-3-1 permet plusieurs options. Comme celle d'un Henry seul en pointe, comme en Roumanie samedi, ou bien à gauche avec un Benzema en pointe, comme mardi au Stade de France.
   
Autre confirmation, en l'absence de Vieira, une nouvelle fois blessé, samedi à l'échauffement en Roumanie, son suppléant Alou Diarra est solide.
   
De bonnes nouvelles qui s'ajouteront pour Domenech à son maintien mercredi en conseil fédéral.

Première publication : 14/10/2008

COMMENTAIRE(S)