Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

"L'équipe de France est toujours sous pression", selon Domenech

Dernière modification : 14/10/2008

Avant le match amical contre la Tunisie mardi soir au Stade de France, Raymond Domenech affirme que la dynamique actuelle de l'équipe de France "n'est pas une utopie". Entretien avec l'entraîneur des Bleus.

Raymond Domenech a expliqué que le match amical France-Tunisie mardi au Stade de France aurait pour but de "confirmer" le bon nul en Roumanie samedi (2-2) et de montrer que la dynamique actuelle "n'est pas une utopie, que ça peut continuer."
  
  
Q: Il y a moins de pression sur vous après la Roumanie...

  
R: "L'équipe de France est toujours sous pression. La qualification pour la Coupe du monde, c'est ce qui importe. Et on n'est pas encore qualifié."
  
  
Q: Mais il y a eu des preuves d'amour de vos joueurs...

  
R: "Le seul discours que j'entends, c'est le terrain. Quand il se passe ça [le bon nul en Roumanie, ndlr] sur le terrain, c'est que les joueurs sont conscients de l'objectif, qui est de se qualifier pour la Coupe du monde. C'est la seule vérité. Ils doivent le montrer sur le terrain."
  
  
Q: Mais ils disent qu'ils ont joué pour vous...
  
R: "Je ne peux pas dire que je m'en fous, ce n'est pas vrai. Mais l'objectif premier, c'est de se qualifier. Après, j'en suis heureux. Mais ça leur donne plus de responsabilités sur le terrain."
  
  
Q: Etes-vous prêt à revivre sous pression avant les matches contre la Lituanie en mars et avril?

  
R: "Mon souci, ce n'est pas ça. Je ne me pose pas ces questions. Mon objectif, c'est préparer les matches, c'est le seul travail, ma seule préoccupation. Même si je suis forcément touché, car cela touche l'équipe de France."
  
  
Q: Quelle est l'utilité de ce France-Tunisie en amical?

  
R: "Il y a une utilité : il faut confirmer, stabiliser. Des gens vont venir au stade sur un à priori positif, il faut leur montrer que ce n'est pas une utopie, que ça peut continuer. J'attends une confirmation de ce qu'on a fait dans les deux derniers matches, que ce soit dans l'envie, dans le jeu."
  
  
Q: Une confirmation, sauf en défense, avec six buts encaissés en trois matches...
  

R: "C'est un équilibre à trouver. En ce moment, on a moins de monde qui peut participer au fonctionnement défensif. Avant, en équipe de France, on avait une grande défense, solide derrière, et on avait peu d'occasions. Maintenant, on sait qu'on peut en prendre, mais qu'on peut en marquer un de plus que l'adversaire. Je préfère à la limite cette option pour le public qui vient, c'est le football. Barcelone, ils jouent comme ça, et je suis heureux de voir jouer Barcelone."
  
  
Q: Mais, à Barcelone, ils ont cette culture offensive depuis longtemps...

  
R: "C'est une question de culture, mais aussi de joueurs à disposition dans le moment, quand il y a un 'plus' dans le secteur offensif. On ne peut pas dire, parce qu'historiquement la France a joué défensivement avant, que nous n'avons pas le droit d'évoluer."
  
  
Q: La défense n'est pas en chantier alors?

  
R: "L'équipe est en construction. Il n'y a pas de compartiment. Il faut retoucher, façonner, remodeler, ça dépend des uns et des autres, des blessures. On ne sait jamais à l'avance ceux qu'on va avoir. On a trois amicaux (Tunisie, Uruguay, Argentine) pour régler les problèmes avant la Lituanie, pour asseoir l'équilibre de l'équipe."
  
  
Q: Y-a-t-il un risque de relâchement contre la Tunisie?

  
R: "Je ne suis pas persuadé que les joueurs soient en situation de décompression. Il va y avoir du monde au stade. On a une équipe qui se met en place, il y a des places à gagner. Les joueurs font un match international, ils en sont tous conscients."
  
  
Q: Ce match peut avoir une incidence sur le conseil fédéral qui décidera de votre sort mercredi?

  
R: "Je le répète, ce n'est pas mon problème."

Première publication : 14/10/2008

COMMENTAIRE(S)