Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

"L'équipe de France est toujours sous pression", selon Domenech

©

Dernière modification : 14/10/2008

Avant le match amical contre la Tunisie mardi soir au Stade de France, Raymond Domenech affirme que la dynamique actuelle de l'équipe de France "n'est pas une utopie". Entretien avec l'entraîneur des Bleus.

Raymond Domenech a expliqué que le match amical France-Tunisie mardi au Stade de France aurait pour but de "confirmer" le bon nul en Roumanie samedi (2-2) et de montrer que la dynamique actuelle "n'est pas une utopie, que ça peut continuer."
  
  
Q: Il y a moins de pression sur vous après la Roumanie...

  
R: "L'équipe de France est toujours sous pression. La qualification pour la Coupe du monde, c'est ce qui importe. Et on n'est pas encore qualifié."
  
  
Q: Mais il y a eu des preuves d'amour de vos joueurs...

  
R: "Le seul discours que j'entends, c'est le terrain. Quand il se passe ça [le bon nul en Roumanie, ndlr] sur le terrain, c'est que les joueurs sont conscients de l'objectif, qui est de se qualifier pour la Coupe du monde. C'est la seule vérité. Ils doivent le montrer sur le terrain."
  
  
Q: Mais ils disent qu'ils ont joué pour vous...
  
R: "Je ne peux pas dire que je m'en fous, ce n'est pas vrai. Mais l'objectif premier, c'est de se qualifier. Après, j'en suis heureux. Mais ça leur donne plus de responsabilités sur le terrain."
  
  
Q: Etes-vous prêt à revivre sous pression avant les matches contre la Lituanie en mars et avril?

  
R: "Mon souci, ce n'est pas ça. Je ne me pose pas ces questions. Mon objectif, c'est préparer les matches, c'est le seul travail, ma seule préoccupation. Même si je suis forcément touché, car cela touche l'équipe de France."
  
  
Q: Quelle est l'utilité de ce France-Tunisie en amical?

  
R: "Il y a une utilité : il faut confirmer, stabiliser. Des gens vont venir au stade sur un à priori positif, il faut leur montrer que ce n'est pas une utopie, que ça peut continuer. J'attends une confirmation de ce qu'on a fait dans les deux derniers matches, que ce soit dans l'envie, dans le jeu."
  
  
Q: Une confirmation, sauf en défense, avec six buts encaissés en trois matches...
  

R: "C'est un équilibre à trouver. En ce moment, on a moins de monde qui peut participer au fonctionnement défensif. Avant, en équipe de France, on avait une grande défense, solide derrière, et on avait peu d'occasions. Maintenant, on sait qu'on peut en prendre, mais qu'on peut en marquer un de plus que l'adversaire. Je préfère à la limite cette option pour le public qui vient, c'est le football. Barcelone, ils jouent comme ça, et je suis heureux de voir jouer Barcelone."
  
  
Q: Mais, à Barcelone, ils ont cette culture offensive depuis longtemps...

  
R: "C'est une question de culture, mais aussi de joueurs à disposition dans le moment, quand il y a un 'plus' dans le secteur offensif. On ne peut pas dire, parce qu'historiquement la France a joué défensivement avant, que nous n'avons pas le droit d'évoluer."
  
  
Q: La défense n'est pas en chantier alors?

  
R: "L'équipe est en construction. Il n'y a pas de compartiment. Il faut retoucher, façonner, remodeler, ça dépend des uns et des autres, des blessures. On ne sait jamais à l'avance ceux qu'on va avoir. On a trois amicaux (Tunisie, Uruguay, Argentine) pour régler les problèmes avant la Lituanie, pour asseoir l'équilibre de l'équipe."
  
  
Q: Y-a-t-il un risque de relâchement contre la Tunisie?

  
R: "Je ne suis pas persuadé que les joueurs soient en situation de décompression. Il va y avoir du monde au stade. On a une équipe qui se met en place, il y a des places à gagner. Les joueurs font un match international, ils en sont tous conscients."
  
  
Q: Ce match peut avoir une incidence sur le conseil fédéral qui décidera de votre sort mercredi?

  
R: "Je le répète, ce n'est pas mon problème."

Première publication : 14/10/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)