Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump, honteux et confus"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne sais pas pour qui voter"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Brexit : l'exil des startups ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les mensonges des passeurs et une rivière ivoirienne polluée par l'orpaillage

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Thomas Friedman : "Le problème de Donald Trump, c'est qu'il n'est pas très malin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aides-soignantes

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle en France : une campagne sur fond de scandales

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat de Londres : l'Europe de nouveau ciblée

En savoir plus

Domenech est maintenu à la tête des Bleus

Dernière modification : 16/10/2008

Le conseil fédéral de football a décidé de maintenir Raymond Domenech à la tête de l'équipe de France. Le nul contre la Roumanie et le bon résultat du match amical contre la Tunisie ont dû peser en faveur du coach français.

"Il nous a semblé qu'il ne fallait pas briser cet élan par un changement brutal de sélectionneur", a expliqué Frédéric Thiriez, président de la LFP et membre du conseil fédéral, qui a maintenu par 19 voix sur 20 (et une abstention) Raymond Domenech en poste mercredi.
  
"Oui, j'ai voté pour Raymond Domenech, comme l'ensemble des présidents de clubs, a commenté M. Thiriez. C'est un choix mûrement réfléchi. Quels que soient les reproches qui peuvent être adressés à Raymond et à sa communication, il faut voir que l'intérêt de l'équipe de France c'est d'être en 2010 en Afrique du Sud."
  
"Le match à Constanta (2-2 samedi), en deuxième période et le match de mardi au Stade de France nous ont paru très prometteurs, a-t-il poursuivi. L'équipe est jeune, en pleine reconstruction: il s'est passé quelque chose entre eux, les joueurs, et avec le sélectionneur."
  
"Il nous a semblé qu'il ne fallait pas briser cet élan par un changement brutal de sélectionneur, a-t-il ajouté. Un changement comporterait plus de risques que d'avantages, c'est pourquoi nous nous sommes rangés résolument aux cotés de la résolution du président de la FFF Jean-Pierre Escalettes".
  
"L'important c'est l'avenir, on part sur de bonnes bases, avec un groupe de talent, jeune, a encore souligné M. Thiriez. Sur le onze de départ mardi au Stade de France, il y avait sept joueurs jouant en championnat de France, un championnat de très bon niveau."
  
"Ce qui compte c'est eux, les joueurs, mon souhait le plus ardent, c'est que l'on parle de l'équipe de France, pas du sélectionneur, il faut dépersonnaliser l'équipe de France. L'objectif c'est 2010", a-t-il conclu.
  

Première publication : 15/10/2008

COMMENTAIRE(S)