Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

L'ex-président Carlos Menem jugé pour trafic d'armes

©

Dernière modification : 17/10/2008

C'est un procès-fleuve prévu pour durer sept mois qui s'est ouvert jeudi à Buenos Aires. Au centre des débats : le rôle de Carlos Menem, ex-président argentin (1989-1999), dans une vaste affaire de trafic d'armes avec l'Équateur et la Croatie.

Un procès pour contrebande d'armes avec l'Equateur et la Croatie s'est ouvert jeudi à Buenos Aires à l'encontre de l'ex-président argentin Carlos Menem, actuel sénateur d'opposition.
  
Quelque 500 témoins seront appelés à la barre au cours de ce procès, qui devrait durer sept mois.
  
M. Menem, 78 ans, président de 1989 à 1999, n'était pas présent au tribunal en raison de son état de santé, a indiqué à l'AFP son avocat, Omar Daer.
  
Seize autres personnes, dont des anciens ministres, figurent parmi les accusés. L'ex-ministre de la Défense Oscar Camilion, qui s'est présenté devant le tribunal en qualité d'accusé, a affirmé que les autorités de l'époque ignoraient tout de ces malversations.
  
Carlos Menem, péroniste libéral maintes fois accusé de corruption, est accusé d'avoir ordonné l'envoi clandestin d'armes pour une valeur d'au moins 400 millions de pesos (123 millions de dollars actuels) entre 1991 et 1995 vers les Balkans et l'Equateur.
  
Il pourrait être condamné à une peine minimum de 12 ans de prison, mais n'irait toutefois pas en prison en raison de l'immunité parlementaire dont il jouit en sa qualité de sénateur.
  
L'accusation se fonde notamment sur trois décrets secrets signés par l'ex-président prévoyant l'envoi au Panama et au Venezuela de 6.500 tonnes de fusils, canons, roquettes anti-char et munitions quand en réalité ces armes ont été acheminés vers l'Equateur et la Croatie.
  
Ces armes ont fait surface en 1995 en Equateur à l'occasion de la guerre de la Cordillère des Andes, quand l'Equateur et le Pérou se sont affrontés pour un problème de limite territoriale. Or l'Argentine ne pouvait vendre des armes ni à Lima ni à Quito en sa qualité de garant d'un accord de paix entre les deux pays datant de 1942.
  
Quant aux envois d'armes en Croatie, ils violaient l'embargo des Nations unies imposé pendant les guerres des années 90 dans l'ex-Yougoslavie.
  
Carlos Menem a déjà été détenu dans le cadre de cette affaire en 2001, avant d'être libéré sur décision de la Cour suprême.
  
L'affaire a été rouverte après l'arrivée au pouvoir de l'ex-président Nestor Kirchner en 2003, un péroniste de gauche ennemi juré de Carlos Menem, pourtant lui-même péroniste mais d'inspiration libérale.
  

Première publication : 17/10/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)