Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Wen Jiabao admet sa responsabilité dans le scandale du lait frelaté

Dernière modification : 18/10/2008

Dans un entretien à la revue américaine "Science Magazine", le Premier ministre chinois Wen Jiabao reconnaît que les dispositifs de contrôle gouvernementaux n'ont pas été à la hauteur dans le scandale du lait frelaté à la mélamine.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a estimé que son gouvernement était en partie responsable du scandale du lait frelaté à la mélamine, responsable du décès de quatre bébés, dans une interview à un magazine américain.
  
"Nous estimons que même si le problème est apparu dans des compagnies privées, le gouvernement porte aussi une responsabilité, particulièrement dans le domaine du contrôle", a déclaré le Premier ministre dans une interview à Science Magazine, publiée également samedi sur le site Internet du gouvernement.
  
"Les différentes étapes de l'industrie laitière - la production de lait, la collecte, le transport, le traitement, la fabrication des produits laitiers - ont besoin de niveaux de référence clairs et de tests", a-t-il ajouté.
  
La crise du lait chinois trafiqué à la mélamine a éclaté le 11 septembre, et le scandale est arrivé par le lait en poudre pour bébé de l'entreprise Sanlu, qui s'est révélé contenir des taux très élevés de mélamine.
  
Les fraudeurs ont ajouté de la mélamine dans le lait après l'avoir coupé d'eau pour augmenter les volumes de vente. La substance chimique donne l'illusion d'un apport en protéines.
  
Officiellement, quatre bébés sont morts en Chine après avoir bu du lait en poudre maternisé frelaté à la mélamine. Selon le dernier bilan, plus de 10.000 enfants restent hospitalisés, sur un total de 46.810 ayant dû faire un séjour hospitalier.

Première publication : 18/10/2008

COMMENTAIRE(S)