Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Le républicain Colin Powell soutient Barack Obama

Dernière modification : 19/10/2008

Colin Powell, ancien secrétaire d'État du président républicain George W. Bush et ami de longue date de John McCain, a annoncé qu'il soutenait le candidat démocrate dans la course à la Maison Blanche, Barack Obama.

L'ancien secrétaire d'Etat du président républicain George W. Bush, Colin Powell, a apporté dimanche son soutien au candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama lors d'une interview sur la chaîne NBC, infligeant un sérieux revers au républicain John McCain.

Le général Powell a estimé dans l'émission politique dominicale "Meet the Press" que le sénateur noir de l'Illinois (nord) "remplissait les critères" pour diriger le pays, "en raison de sa capacité à inspirer, en raison du caractère fédérateur de sa campagne, et parce qu'il tend la main à toute l'Amérique".

"Je pense que ce serait un président réformateur. Pour cette raison, je vais voter pour Barack Obama", a déclaré M. Powell, 71 ans, qui fut le premier Noir à occuper la fonction de chef d'état-major des forces armées américaines, pendant la première Guerre du Golfe.

En cas de victoire de Barack Obama, le 4 novembre, "tous les Américains devraient être fiers, pas seulement les Afro-Américains", a-t-il affirmé.

"Cela provoquerait l'enthousiasme du pays et du monde", a assuré le général, longtemps un des piliers de l'administration Bush, également associé dans l'opinion américaine à la décision d'envahir l'Irak.

"McCain (...) serait assez bon (...) mais je pense que nous avons besoin d'un changement de génération", a-t-il ajouté à propos du sénateur de l'Arizona, âgé de 72 ans.

"J'ai toujours admiré et respecté le général Powell. Nous sommes amis de longue date. Ce n'est pas une surprise", a réagi dimanche M. McCain, à la traîne dans les sondages face à son rival démocrate.

"Je suis très heureux de bénéficier du soutien de quatre anciens secrétaires d'Etat, MM. Kissinger, Baker, Eagleburger et Haig, et je suis fier d'être soutenu par plus de 200 généraux et amiraux à la retraite", a-t-il fait valoir sur la chaîne de télévision Fox News.

Colin Powell avait prévenu début 2008 qu'il n'avait pas encore fait son choix parmi les candidats à la présidence, laissant entendre qu'il pourrait ne pas voter pour un républicain.

"Franchement, nous avons beaucoup perdu depuis quelques années", avait-il affirmé en février, sans grande indulgence pour le gouvernement du président George W. Bush, dont il a dirigé la diplomatie de 2001 à 2005, précisant qu'il voterait pour le candidat capable de "commencer à restaurer la confiance en Amérique".

Il avait pris la défense de Barack Obama en avril face à ceux qui critiquaient son manque d'expérience. "On a vu d'autres personnes arriver au plus haut niveau sans avoir une large expérience", avait-il dit, soulignant qu'il suffisait de savoir s'entourer de gens expérimentés.

Relativement progressiste sur le plan social, Colin Powell n'a pas toujours été en phase avec le parti républicain, même s'il a accepté de mettre sa réputation d'homme de principe et de fin diplomate en jeu lors de son discours début 2003 devant le Conseil de sécurité de l'ONU, accusant l'Irak de cacher des armes de destruction massive, ce qui s'est révélé faux.

  

Première publication : 19/10/2008

COMMENTAIRE(S)