Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Le républicain Colin Powell soutient Barack Obama

Dernière modification : 19/10/2008

Colin Powell, ancien secrétaire d'État du président républicain George W. Bush et ami de longue date de John McCain, a annoncé qu'il soutenait le candidat démocrate dans la course à la Maison Blanche, Barack Obama.

L'ancien secrétaire d'Etat du président républicain George W. Bush, Colin Powell, a apporté dimanche son soutien au candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama lors d'une interview sur la chaîne NBC, infligeant un sérieux revers au républicain John McCain.

Le général Powell a estimé dans l'émission politique dominicale "Meet the Press" que le sénateur noir de l'Illinois (nord) "remplissait les critères" pour diriger le pays, "en raison de sa capacité à inspirer, en raison du caractère fédérateur de sa campagne, et parce qu'il tend la main à toute l'Amérique".

"Je pense que ce serait un président réformateur. Pour cette raison, je vais voter pour Barack Obama", a déclaré M. Powell, 71 ans, qui fut le premier Noir à occuper la fonction de chef d'état-major des forces armées américaines, pendant la première Guerre du Golfe.

En cas de victoire de Barack Obama, le 4 novembre, "tous les Américains devraient être fiers, pas seulement les Afro-Américains", a-t-il affirmé.

"Cela provoquerait l'enthousiasme du pays et du monde", a assuré le général, longtemps un des piliers de l'administration Bush, également associé dans l'opinion américaine à la décision d'envahir l'Irak.

"McCain (...) serait assez bon (...) mais je pense que nous avons besoin d'un changement de génération", a-t-il ajouté à propos du sénateur de l'Arizona, âgé de 72 ans.

"J'ai toujours admiré et respecté le général Powell. Nous sommes amis de longue date. Ce n'est pas une surprise", a réagi dimanche M. McCain, à la traîne dans les sondages face à son rival démocrate.

"Je suis très heureux de bénéficier du soutien de quatre anciens secrétaires d'Etat, MM. Kissinger, Baker, Eagleburger et Haig, et je suis fier d'être soutenu par plus de 200 généraux et amiraux à la retraite", a-t-il fait valoir sur la chaîne de télévision Fox News.

Colin Powell avait prévenu début 2008 qu'il n'avait pas encore fait son choix parmi les candidats à la présidence, laissant entendre qu'il pourrait ne pas voter pour un républicain.

"Franchement, nous avons beaucoup perdu depuis quelques années", avait-il affirmé en février, sans grande indulgence pour le gouvernement du président George W. Bush, dont il a dirigé la diplomatie de 2001 à 2005, précisant qu'il voterait pour le candidat capable de "commencer à restaurer la confiance en Amérique".

Il avait pris la défense de Barack Obama en avril face à ceux qui critiquaient son manque d'expérience. "On a vu d'autres personnes arriver au plus haut niveau sans avoir une large expérience", avait-il dit, soulignant qu'il suffisait de savoir s'entourer de gens expérimentés.

Relativement progressiste sur le plan social, Colin Powell n'a pas toujours été en phase avec le parti républicain, même s'il a accepté de mettre sa réputation d'homme de principe et de fin diplomate en jeu lors de son discours début 2003 devant le Conseil de sécurité de l'ONU, accusant l'Irak de cacher des armes de destruction massive, ce qui s'est révélé faux.

  

Première publication : 19/10/2008

COMMENTAIRE(S)