Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Deux Congolais suspectés d'avoir piraté le compte de Sarkozy

Dernière modification : 21/10/2008

Deux ressortissants de la République démocratique du Congo (RDC) ont été appréhendés en région parisienne et placés en garde à vue dans le cadre de l'affaire du piratage du compte bancaire personnel du président français Nicolas Sarkozy.

Deux Congolais (RDC) ont été interpellés mardi en région parisienne dans le cadre du piratage du compte bancaire personnel de Nicolas Sarkozy et placés en garde à vue à la brigade criminelle à Paris, a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant une information de RTL.

Il s'agit de deux ressortissants de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre), arrêtés en région parisienne, et qualifiés de "petits escrocs", selon la source proche du dossier, qui n'a pas donné d'indication sur le lieu de l'interpellation.

Les policiers sont remontés jusqu'à eux grâce à des "traces informatiques", a précisé cette source.

Les suspects "ne savaient sans doute pas qu'il s'agissait du compte du président" de la République, a-t-on ajouté de même source. Ils se sont servis des coordonnées bancaires du chef de l'Etat pour ouvrir, a-t-on poursuivi, un ou plusieurs abonnements de téléphones portables.

Il s'agit "d'un classique piratage informatique comme il en existe beaucoup", a-t-on affirmé en confirmant qu'il y aurait "d'autres victimes" comme c'est souvent le cas dans ce genre d'affaire.

Courant septembre, le chef de l'Etat avait déposé plainte après avoir constaté qu'une ou des personnes s'étaient servi des coordonnées de son compte bancaire personnel de Neuilly-sur-Seine.

Le procureur de la République de Nanterre (Hauts-de-Seine), Philippe Courroye, avait aussitôt saisi la brigade criminelle du 36 quai des Orfèvres ainsi que la brigade financière.

Les deux personnes interpellées ont été mises en garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle, 36 quai des Orfèvres, à Paris, a-t-on ajouté. Leur garde à vue peut durer jusqu'à 48 heures.

Première publication : 21/10/2008

COMMENTAIRE(S)