Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

Deux Congolais suspectés d'avoir piraté le compte de Sarkozy

Dernière modification : 21/10/2008

Deux ressortissants de la République démocratique du Congo (RDC) ont été appréhendés en région parisienne et placés en garde à vue dans le cadre de l'affaire du piratage du compte bancaire personnel du président français Nicolas Sarkozy.

Deux Congolais (RDC) ont été interpellés mardi en région parisienne dans le cadre du piratage du compte bancaire personnel de Nicolas Sarkozy et placés en garde à vue à la brigade criminelle à Paris, a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant une information de RTL.

Il s'agit de deux ressortissants de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre), arrêtés en région parisienne, et qualifiés de "petits escrocs", selon la source proche du dossier, qui n'a pas donné d'indication sur le lieu de l'interpellation.

Les policiers sont remontés jusqu'à eux grâce à des "traces informatiques", a précisé cette source.

Les suspects "ne savaient sans doute pas qu'il s'agissait du compte du président" de la République, a-t-on ajouté de même source. Ils se sont servis des coordonnées bancaires du chef de l'Etat pour ouvrir, a-t-on poursuivi, un ou plusieurs abonnements de téléphones portables.

Il s'agit "d'un classique piratage informatique comme il en existe beaucoup", a-t-on affirmé en confirmant qu'il y aurait "d'autres victimes" comme c'est souvent le cas dans ce genre d'affaire.

Courant septembre, le chef de l'Etat avait déposé plainte après avoir constaté qu'une ou des personnes s'étaient servi des coordonnées de son compte bancaire personnel de Neuilly-sur-Seine.

Le procureur de la République de Nanterre (Hauts-de-Seine), Philippe Courroye, avait aussitôt saisi la brigade criminelle du 36 quai des Orfèvres ainsi que la brigade financière.

Les deux personnes interpellées ont été mises en garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle, 36 quai des Orfèvres, à Paris, a-t-on ajouté. Leur garde à vue peut durer jusqu'à 48 heures.

Première publication : 21/10/2008

COMMENTAIRE(S)