Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Les restes du vol AH5017 d’Air Algérie retrouvés dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Ottawa serait impliqué dans la torture de Canadiens en Syrie

Dernière modification : 21/10/2008

Les autorités canadiennes ont joué un rôle "indirect" dans les sévices infligés à trois de leurs ressortissant en Syrie. C'est ce qu'affirme en tout cas la commission d'enquête chargée de faire toute la lumière sur cette affaire.

Une commission d'enquête a estimé mardi que des responsables canadiens ont joué un rôle "indirect" dans des sévices subis par trois ressortissants canadiens détenus et torturés en Syrie ou en Egypte.

La commission, créée il y a près de deux ans et dirigée par un ancien juge de la Cour suprême Frank Iacobucci, avait pour tâche d'établir les faits et d'établir d'éventuelles responsabilités de dirigeants canadiens dans le sort des trois hommes, qui ont été détenus entre 2001 et 2004 en Syrie ou en Egypte, où ils ont été torturés.

MM. Abdullah Almalki, Ahmad Abou-Elmaati et Muayyed Nureddin, tous trois ressortissants canadiens nés respectivement en Syrie, au Koweït et en Irak, disent avoir été arrêtés et torturés sur la base d'informations des services de renseignement canadiens les accusant à tort de liens avec le terrorisme.

La commission a estimé que des responsables canadiens n'avaient pas de responsabilité directe dans la détention et les sévices subis par ces hommes "qui équivalent à des actes de torture au sens de la convention des Nations unies contre la torture".

Mais elle estime que dans deux cas, ceux de MM. Elmaati et Almalki, ces sévices "ont résulté indirectement" de diverses actions des services de renseignement canadiens ou de la police fédérale, notamment la communication d'informations aux services locaux.

Dans le cas de M. Nureddin, la commission estime que la communication d'informations par des responsables canadiens a "vraisemblablement" contribué à sa détention et aux sévices exercés à son encontre.

"Je n'ai trouvé aucune indication que des responsables (canadiens) aient cherché à faire autre chose que s'acquitter consciencieusement des devoirs et responsabilités de son institution. Il n'est ni nécessaire ni opportun que je tire des conclusions sur les actions d'aucun responsable canadien individuel, et je ne l'ai pas fait," a souligné le juge Iacobucci.

La Commission avait été mise en place à la suite de l'affaire Maher Arar, un ingénieur en informatique d'origine syrienne, qui avait été arrêté à New York en septembre 2002, sur la base d'informations de la police canadienne. Les Etats-Unis l'avaient expulsé en Syrie, où il avait été détenu pendant près d'un an et torturé.

M. Arar a été lavé de tout soupçon en septembre par une commission d'enquête, qui avait critiqué l'attitude de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) dans cette affaire. Il a reçu des excuses et un dédommagement de plus de 10 millions de dollars du gouvernement canadien.
 

Première publication : 21/10/2008

COMMENTAIRE(S)