Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Ottawa serait impliqué dans la torture de Canadiens en Syrie

Dernière modification : 21/10/2008

Les autorités canadiennes ont joué un rôle "indirect" dans les sévices infligés à trois de leurs ressortissant en Syrie. C'est ce qu'affirme en tout cas la commission d'enquête chargée de faire toute la lumière sur cette affaire.

Une commission d'enquête a estimé mardi que des responsables canadiens ont joué un rôle "indirect" dans des sévices subis par trois ressortissants canadiens détenus et torturés en Syrie ou en Egypte.

La commission, créée il y a près de deux ans et dirigée par un ancien juge de la Cour suprême Frank Iacobucci, avait pour tâche d'établir les faits et d'établir d'éventuelles responsabilités de dirigeants canadiens dans le sort des trois hommes, qui ont été détenus entre 2001 et 2004 en Syrie ou en Egypte, où ils ont été torturés.

MM. Abdullah Almalki, Ahmad Abou-Elmaati et Muayyed Nureddin, tous trois ressortissants canadiens nés respectivement en Syrie, au Koweït et en Irak, disent avoir été arrêtés et torturés sur la base d'informations des services de renseignement canadiens les accusant à tort de liens avec le terrorisme.

La commission a estimé que des responsables canadiens n'avaient pas de responsabilité directe dans la détention et les sévices subis par ces hommes "qui équivalent à des actes de torture au sens de la convention des Nations unies contre la torture".

Mais elle estime que dans deux cas, ceux de MM. Elmaati et Almalki, ces sévices "ont résulté indirectement" de diverses actions des services de renseignement canadiens ou de la police fédérale, notamment la communication d'informations aux services locaux.

Dans le cas de M. Nureddin, la commission estime que la communication d'informations par des responsables canadiens a "vraisemblablement" contribué à sa détention et aux sévices exercés à son encontre.

"Je n'ai trouvé aucune indication que des responsables (canadiens) aient cherché à faire autre chose que s'acquitter consciencieusement des devoirs et responsabilités de son institution. Il n'est ni nécessaire ni opportun que je tire des conclusions sur les actions d'aucun responsable canadien individuel, et je ne l'ai pas fait," a souligné le juge Iacobucci.

La Commission avait été mise en place à la suite de l'affaire Maher Arar, un ingénieur en informatique d'origine syrienne, qui avait été arrêté à New York en septembre 2002, sur la base d'informations de la police canadienne. Les Etats-Unis l'avaient expulsé en Syrie, où il avait été détenu pendant près d'un an et torturé.

M. Arar a été lavé de tout soupçon en septembre par une commission d'enquête, qui avait critiqué l'attitude de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) dans cette affaire. Il a reçu des excuses et un dédommagement de plus de 10 millions de dollars du gouvernement canadien.
 

Première publication : 21/10/2008

COMMENTAIRE(S)