Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Avec les militaires tchadiens en guerre contre Boko Haram

En savoir plus

TECH 24

Mobile World Congress 2015 : on refait le match

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Calogero : un chanteur plus musicien que rockstar

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le secret de la haute couture

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'"apartheid" de Manuel Valls : un grand mot et des petits remèdes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emailgate" : "Hillary est sa pire ennemie"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

DÉBAT

La Libye dans le chaos : l'avenir du pays se joue-t-il au Maroc ?

En savoir plus

Yahoo! réduit ses effectifs de 10%

Dernière modification : 22/10/2008

Yahoo! a annoncé une réduction d'au moins 10% de ses effectifs au quatrième trimestre, soit plus de 1 300 postes. Le groupe internet américain souffre de la crise: fréquentation moindre des pages payantes et baisse des dépenses publicitaires.

Le groupe internet américain Yahoo! a annoncé mardi une réduction d'au moins 10% de ses effectifs au quatrième trimestre afin de continuer à abaisser ses coûts, tandis que l'informaticien Apple a annoncé des prévisions prudentes face à la crise.

La baisse des effectifs annoncée par Yahoo! représente plus de 1.300 postes sur les 13.400 du groupe, a-t-il annoncé dans un communiqué, en rappelant que l'économie "online" souffrait également de la crise: fréquentation moindre des pages payantes et baisse des dépenses publicitaires.

Lors d'une conférence téléphonique, le numéro un du groupe, Jerry Yang, s'est toutefois dit "confiant" dans la capacité de Yahoo! de traverser la crise, car "si les annonceurs réduisent leurs dépenses, ils continuent de travailler avec nous".

Le groupe a fait état d'un bénéfice net divisé par trois au 3e trimestre, à 54 millions de dollars contre 151 millions un an plus tôt. Yahoo! vise une réduction de 400 millions de dollars de ses coûts de fonctionnement, qui sont actuellement de 3,9 milliards de dollars.

De son côté, Apple a annoncé un bénéfice annuel net de 4,8 milliards de dollars, poussé par des ventes robustes d'ordinateurs et d'iPhones, mais vu la "mauvaise visibilité" de la situation économique il s'est contenté de prévisions prudentes.

"Nous ne savons pas comment le retournement de la situation économique va toucher Apple", a commenté le directeur général, Steve Jobs, qui a prévu pour le prochain trimestre un bénéfice par action de 1,06 à 1,35 dollar - alors que les analystes tablaient jusqu'à présent sur 1,65 dollar.

Pour le dernier trimestre de son exercice, le groupe a enregistré un bénéfice net de 1,72 milliard de dollars, en hausse de 31%, et un bénéfice par action de 1,26 dollar.

Le titre Apple a bondi de 11,3% à l'annonce de ces résultats à 101,83 dollars, dans les échanges électroniques après la clôture du Nasdaq. Le titre de la société de Cupertino reste cependant très loin des presque 203 dollars atteints fin décembre dernier.

Les responsables de la société ont précisé que les ventes d'ordinateurs auraient pu être plus fortes encore si les collectivités locales américaines n'avaient pas réduit le budget d'équipement des écoles.

Ils ont également indiqué qu'après un fléchissement des ventes fin septembre/début octobre, un rebond avait été enregistré depuis le rafraîchissement de la gamme des ordinateurs portables, qui les rend "très, très optimistes" pour le trimestre en cours.

La société à la pomme a également vendu 6,8 millions de téléphones iPhone pendant le trimestre, plus de six fois plus que durant la même période l'an dernier (1,19 million). Quant aux baladeurs iPod, dont de nouvelles versions ont été lancées à la fin du trimestre, en septembre, leurs ventes ont progressé de 8% en volume en un an, de 3% en valeur, avec plus de 11 millions d'unités vendues.

M. Jobs a souligné que la santé florissante de sa société lui offrait des "opportunités significatives", mais s'est refusé à indiquer s'il envisageait d'acheter des entreprises. Il a souligné que Apple avait "25 milliards de dollars de cash en sécurité à la banque, avec zéro dette".

 

 

 

Première publication : 22/10/2008

COMMENTAIRE(S)