Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

Un journaliste et un patron de presse tués à Zagreb

Texte par AFP

Dernière modification : 24/10/2008

Selon la télévision nationale croate, Ivo Pukanic, propriétaire de l'hebdomadaire Nacional, et son directeur marketing ont trouvé la mort dans l'explosion d'une voiture piégée. Pour le président croate, le "terrorisme est à Zagreb".

Deux journalistes croates ont été tués jeudi soir dans une explosion à la voiture piégée à Zagreb, dans le premier attentat de ce type visant des membres des médias dans la Croatie indépendante, et le président Stipe Mesic a dénoncé "l'entrée du terrorisme" dans son pays.
   
Propriétaire et ex-rédacteur en chef de l'hebdomadaire croate indépendant Nacional, Ivo Pukanic, et son directeur marketing, Niko Franjic, ont été tués dans l'explosion d'une voiture piégée devant les locaux de leur rédaction, situés en plein coeur de la capitale croate.
   
"Le terrorisme a fait son entrée dans les rues de la capitale croate", a déclaré M. Mesic cité dans un communiqué. "Chaque citoyen de Croatie a le droit de se demander ce soir, qui sera le suivant. L'Etat doit répondre au terrorisme immédiatement, énergiquement et avec tous les moyens", a ajouté le président Mesic.
   
Cet attentat n'a pas été revendiqué.
   
De son côté, le journaliste de Nacional, Plamenko Cvitic, a déclaré à la télévision nationale croate (HRT), que l'"explosion s'est produite dans la cour du groupe de presse Nacional sur (l'avenue) Vlaska (centre de zagreb) Il s'agit le plus probablement d'une bombe posée" sous une voiture.
   
Ce n'est pas la première agression contre un journaliste en Croatie.
   
Dernière affaire en date, un journaliste d'investigation, Dusan Miljus, spécialiste des affaires liées au crime organisé de l'un des grands quotidiens croates, Jutarnji List, a été hospitalisé après avoir été battu en juillet avec des barres de fer par des agresseurs jamais identifiés par la police.
   
Dans l'affaire Pukanic, la HRT a précisé que la bombe a été placée sous la voiture d'Ivo Pukanic. L'explosion s'est produite à 18H20 (16H20 GMT).
   
Des journalistes de l'AFP, dont le bureau se trouve tout près, ont entendu l'explosion. La police a immédiatement cerné les lieux.
   
La police a confirmé qu'un "engin explosif placé sous un véhicule, propriété de Nacional" avait été à l'origine de l'explosion.
   
Ivo Pukanic, souvent lié par la presse croate à la mafia locale, s'était fait un nom en publiant en 2003 une interview de l'ex-général croate, Ante Gotovina, alors qu'il était en cavale et recherché par le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslave qui l'avait inculpé de crimes de guerre commis durant la guerre serbo-croate de 1991-95.
   
Gotovina a été arrêté fin 2005 en Espagne d'où il a été transféré devant le TPI qui siège à La Haye, aux Pays-Bas. Il plaide non coupable.
   
Zagreb a été le théâtre de plusieurs assassinats à caractère mafieux au cours des derniers mois. Ces meurtres ont conduit au limogeage des ministres de l'Intérieur et de la Justice.
   
La démission des deux ministres était intervenue après l'assassinat le 6 octobre de deux balles dans la tête de la jeune fille d'un célèbre avocat croate, Zvonimir Hodak. Elle a été tuée dans l'escalier de son immeuble du centre-ville,
   
La presse croate avait rappelé que Me Hodak défendait l'ex-général croate, Vladimir Zagorec, accusé par la justice locale de détournement de fonds, dont notamment de diamants d'une valeur de plus de cinq millions de dollars (3,7 millions d'euros) qui lui avaient été remis comme caution pour une transaction sur des armements remontant aux années 1990.
   
M. Zagorec avait été extradé peu avant vers la Croatie par les autorités autrichiennes.
   
Un analyste politique croate, Davor Gjenero, avait alors rappelé que la Commission européenne a gelé quelque 800 millions d'euros destinés à la Bulgarie, en raison du manque de progrès dans la lutte contre la corruption et le crime organisée.
   
Bruxelles réclame depuis longtemps à la Croatie, qui souhaite vivement adhérer à l'Union européenne à l'horizon 2010, des réformes dans ces mêmes domaines.
  

Première publication : 23/10/2008

COMMENTAIRE(S)