Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

La police française réclame des caméras embarquées

Vidéo par Hélène FRADE

Texte par AFP

Dernière modification : 24/10/2008

Après l'interpellation musclée, et filmée par un vidéaste amateur, d'un jeune homme de la cité de Montfermeil, en banlieue parisienne, le 14 octobre, les policiers demandent la présence de caméras embarquées dans leurs véhicules.

Entre 6.600 (police) et 25.000 (syndicat) agents des trois Fonctions publiques (Etat, hospitalière, territoriale), dont de nombreux policiers et hospitaliers, ont défilé jeudi à Paris à l'appel de Force ouvrière, notamment pour leurs salaires et contre la réforme de l'Etat.

Partis de la place Denfert-Rochereau (XIVe), les manifestants, venus de toute la France, se sont rendus à la place Vauban (VIIe), derrière une banderole revendiquant pèle-mêle "l'augmentation des salaires et pensions", "la défense des valeurs républicaines", "du service public" et "du statut de la Fonction publique".

Ils ont dénoncé "la RGPP (réforme générale des politiques publiques, lancée par le gouvernement, prévoyant notamment le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite) et la mobilité imposée".

Les manifestants, qui comptaient dans leurs rangs de nombreux fonctionnaires de la santé et des collectivités territoriales, ont notamment crié "Ho hisse, ho hisse pour le point d'indice, plus haut, plus haut, pas de statut quo" et "Avec Sarko pas un euro, il nous mène en bateau! Avec Santini pas un penny aujourd'hui ça suffit!".

Un gros contingent de policiers a défilé, les syndicats SGP-FO et Unsa-Police côte à côte, derrière des pancartes "poulets plumés = démotivés" et "Du fric pour les flics".

"Si on peut s'endetter pour les banquiers, on peut s'endetter pour les hôpitaux, ça me paraît logique", a déclaré le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, expliquant que certains hôpitaux, se voyant refuser des prêts par Dexia, étaient obligés d'aller voir les banques.

"On est là pour tirer la sonnette d'alarme, il faut stopper la RGPP. Il faut que le président respecte un engagement pris il y a un an, d'un vrai débat sur la place des services publics dans notre société", a-t-il ajouté.

Il a également dénoncé une "contradiction fondamentale" de Nicolas Sarkozy après la crise: "Il est antilibéral au niveau international et il suit le Medef au niveau national".

"Comme il est le patron des fonctionnaires en quelques sorte, qu'il laisse aussi un peu de marge de manoeuvre à ses ministres pour négocier avec les fonctionnaires", a-t-il ajouté.

Dans le cortège, Patrice Boussin, agent de maîtrise à l'hôpital de Carvin (Pas-de-Calais), a expliqué ne pas avoir "eu un centime d'augmentation depuis quatre ans".

"Après 35 ans de travail, je suis à 1.575 euros net. Quand on voit le coût de la vie qui s'envole, aujourd'hui ça devient dur, très dur", a-t-il précisé, entouré de délégations venues d'Aquitaine, de Salon-de-Provence et de Montpellier.

Le responsable FO-Fonction Publique Gérard Noguès a estimé que "le 23 octobre est un point de départ" avant d'autres mouvements pour "se faire entendre".

"Pour l'instant, la réorganisation des services de l'Etat se fait dans un cabinet ministériel, et ça s'impose aux préfets sans qu'on leur demande leur avis, on va fermer des hôpitaux sans demander l'avis des citoyens... Ca ne va pas".
 

Première publication : 23/10/2008

COMMENTAIRE(S)