Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signent l'accord de paix

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : L'opposition russe punie?

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux Etats-Unis : Le coup de froid entre Israël et la maison blanche

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

Tokyo et Pékin se dotent d'un "téléphone rouge"

Texte par AFP

Dernière modification : 24/10/2008

Signe du net réchauffement diplomatique qui prévaut aujourd'hui entre le Japon et la Chine, les deux puissances asiatiques ont mis en service une ligne téléphonique directe afin de pouvoir fréquemment "procéder à des échanges d'opinions".

Le Premier ministre japonais Taro Aso et les dirigeants chinois ont décidé d'établir une ligne téléphonique directe d'urgence entre leurs deux pays afin de renforcer la confiance bilatérale, ont annoncé des responsables japonais vendredi à Pékin.
   
Au cours d'entretiens séparés avec son homologue Wen Jiabao et le président chinois Hu Jintao, M. Aso et ses interlocuteurs ont décidé "de procéder à des échanges d'opinion fréquents et en temps opportun via une ligne d'urgence", a indiqué le gouvernement japonais dans un communiqué.
   
Les rapports du Japon avec Pékin restent complexes en raison de l'occupation partielle de la Chine par l'armée impériale avant et pendant la Seconde guerre mondiale. Tendues sous l'ancien Premier ministre nippon Junichiro Koizumi (2001-2006), les relations se sont depuis nettement réchauffées.
 

Première publication : 24/10/2008

COMMENTAIRE(S)