Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Explosion dans une gare au Pays basque

Texte par AFP

Dernière modification : 25/10/2008

"D'importants dégâts matériels" ont été causés par une explosion dans la gare de Berriz au Pays basque espagnol. Aucun blessé n'est à déplorer. L'attaque n'a pas été revendiquée pour l'instant.

Un engin explosif est à l'origine de l'explosion qui a provoqué d'importants dégâts matériels mais pas de blessés dans la nuit de vendredi à samedi dans la gare de Berriz au Pays Basque espagnol (nord), a-t-on appris auprès du ministère régional basque de l'Intérieur.
   
"Nous savons qu'un engin explosif mixte, c'est-à-dire composé d'un initiateur et de liquide inflammable est à l'origine de cette explosion", a indiqué à l'AFP un porte-parole de ce ministère régional.
   
Cette explosion a eu lieu vers 00H30 (22H30 GMT) dans la gare de train régional (Euskotren) de la commune de Berriz.
   
Dans la nuit, le ministère basque de l'Intérieur avait indiqué que des agents s'étaient rendus sur place pour déterminer s'il s'agissait d'un acte de violence urbaine ou bien d'un attentat de l'organisation indépendantiste basque armée ETA.
   
"Nous n'attribuons encore à personne cette attaque", a souligné samedi matin le porte-parole interrogé par l'AFP, précisant que des policiers spécialisés dans les explosifs devaient rendre un rapport sur la composition de cet engin.
   
Cette explosion n'a été précédée d'aucun appel téléphonique, comme le fait le plus généralement l'ETA avant ses attentats.
   
Les actes de violence urbaine, "kale borroka" en langue basque, sont réguliers au Pays Basque et se caractérisent souvent par le jet de cocktails molotov contre des bâtiments officiels, des gares ou des distributeurs automatiques de billets.
   
Ils sont attribués à des jeunes indépendantistes radicaux considérés par la justice espagnole comme des "groupes d'appui" à l'ETA et sa "pépinière" de jeunes recrues.
   
L'ETA, qui est inscrit sur la liste des organisations terroristes de l'UE et des Etats-Unis, est tenu pour responsable de la mort de 824 personnes en 40 ans de violences pour l'indépendance du Pays Basque.
  

Première publication : 25/10/2008

COMMENTAIRE(S)