Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Explosion dans une gare au Pays basque

©

Texte par AFP

Dernière modification : 25/10/2008

"D'importants dégâts matériels" ont été causés par une explosion dans la gare de Berriz au Pays basque espagnol. Aucun blessé n'est à déplorer. L'attaque n'a pas été revendiquée pour l'instant.

Un engin explosif est à l'origine de l'explosion qui a provoqué d'importants dégâts matériels mais pas de blessés dans la nuit de vendredi à samedi dans la gare de Berriz au Pays Basque espagnol (nord), a-t-on appris auprès du ministère régional basque de l'Intérieur.
   
"Nous savons qu'un engin explosif mixte, c'est-à-dire composé d'un initiateur et de liquide inflammable est à l'origine de cette explosion", a indiqué à l'AFP un porte-parole de ce ministère régional.
   
Cette explosion a eu lieu vers 00H30 (22H30 GMT) dans la gare de train régional (Euskotren) de la commune de Berriz.
   
Dans la nuit, le ministère basque de l'Intérieur avait indiqué que des agents s'étaient rendus sur place pour déterminer s'il s'agissait d'un acte de violence urbaine ou bien d'un attentat de l'organisation indépendantiste basque armée ETA.
   
"Nous n'attribuons encore à personne cette attaque", a souligné samedi matin le porte-parole interrogé par l'AFP, précisant que des policiers spécialisés dans les explosifs devaient rendre un rapport sur la composition de cet engin.
   
Cette explosion n'a été précédée d'aucun appel téléphonique, comme le fait le plus généralement l'ETA avant ses attentats.
   
Les actes de violence urbaine, "kale borroka" en langue basque, sont réguliers au Pays Basque et se caractérisent souvent par le jet de cocktails molotov contre des bâtiments officiels, des gares ou des distributeurs automatiques de billets.
   
Ils sont attribués à des jeunes indépendantistes radicaux considérés par la justice espagnole comme des "groupes d'appui" à l'ETA et sa "pépinière" de jeunes recrues.
   
L'ETA, qui est inscrit sur la liste des organisations terroristes de l'UE et des Etats-Unis, est tenu pour responsable de la mort de 824 personnes en 40 ans de violences pour l'indépendance du Pays Basque.
  

Première publication : 25/10/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)