Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

Explosion dans une gare au Pays basque

Texte par AFP

Dernière modification : 25/10/2008

"D'importants dégâts matériels" ont été causés par une explosion dans la gare de Berriz au Pays basque espagnol. Aucun blessé n'est à déplorer. L'attaque n'a pas été revendiquée pour l'instant.

Un engin explosif est à l'origine de l'explosion qui a provoqué d'importants dégâts matériels mais pas de blessés dans la nuit de vendredi à samedi dans la gare de Berriz au Pays Basque espagnol (nord), a-t-on appris auprès du ministère régional basque de l'Intérieur.
   
"Nous savons qu'un engin explosif mixte, c'est-à-dire composé d'un initiateur et de liquide inflammable est à l'origine de cette explosion", a indiqué à l'AFP un porte-parole de ce ministère régional.
   
Cette explosion a eu lieu vers 00H30 (22H30 GMT) dans la gare de train régional (Euskotren) de la commune de Berriz.
   
Dans la nuit, le ministère basque de l'Intérieur avait indiqué que des agents s'étaient rendus sur place pour déterminer s'il s'agissait d'un acte de violence urbaine ou bien d'un attentat de l'organisation indépendantiste basque armée ETA.
   
"Nous n'attribuons encore à personne cette attaque", a souligné samedi matin le porte-parole interrogé par l'AFP, précisant que des policiers spécialisés dans les explosifs devaient rendre un rapport sur la composition de cet engin.
   
Cette explosion n'a été précédée d'aucun appel téléphonique, comme le fait le plus généralement l'ETA avant ses attentats.
   
Les actes de violence urbaine, "kale borroka" en langue basque, sont réguliers au Pays Basque et se caractérisent souvent par le jet de cocktails molotov contre des bâtiments officiels, des gares ou des distributeurs automatiques de billets.
   
Ils sont attribués à des jeunes indépendantistes radicaux considérés par la justice espagnole comme des "groupes d'appui" à l'ETA et sa "pépinière" de jeunes recrues.
   
L'ETA, qui est inscrit sur la liste des organisations terroristes de l'UE et des Etats-Unis, est tenu pour responsable de la mort de 824 personnes en 40 ans de violences pour l'indépendance du Pays Basque.
  

Première publication : 25/10/2008

COMMENTAIRE(S)