Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Explosion dans une gare au Pays basque

Texte par AFP

Dernière modification : 25/10/2008

"D'importants dégâts matériels" ont été causés par une explosion dans la gare de Berriz au Pays basque espagnol. Aucun blessé n'est à déplorer. L'attaque n'a pas été revendiquée pour l'instant.

Un engin explosif est à l'origine de l'explosion qui a provoqué d'importants dégâts matériels mais pas de blessés dans la nuit de vendredi à samedi dans la gare de Berriz au Pays Basque espagnol (nord), a-t-on appris auprès du ministère régional basque de l'Intérieur.
   
"Nous savons qu'un engin explosif mixte, c'est-à-dire composé d'un initiateur et de liquide inflammable est à l'origine de cette explosion", a indiqué à l'AFP un porte-parole de ce ministère régional.
   
Cette explosion a eu lieu vers 00H30 (22H30 GMT) dans la gare de train régional (Euskotren) de la commune de Berriz.
   
Dans la nuit, le ministère basque de l'Intérieur avait indiqué que des agents s'étaient rendus sur place pour déterminer s'il s'agissait d'un acte de violence urbaine ou bien d'un attentat de l'organisation indépendantiste basque armée ETA.
   
"Nous n'attribuons encore à personne cette attaque", a souligné samedi matin le porte-parole interrogé par l'AFP, précisant que des policiers spécialisés dans les explosifs devaient rendre un rapport sur la composition de cet engin.
   
Cette explosion n'a été précédée d'aucun appel téléphonique, comme le fait le plus généralement l'ETA avant ses attentats.
   
Les actes de violence urbaine, "kale borroka" en langue basque, sont réguliers au Pays Basque et se caractérisent souvent par le jet de cocktails molotov contre des bâtiments officiels, des gares ou des distributeurs automatiques de billets.
   
Ils sont attribués à des jeunes indépendantistes radicaux considérés par la justice espagnole comme des "groupes d'appui" à l'ETA et sa "pépinière" de jeunes recrues.
   
L'ETA, qui est inscrit sur la liste des organisations terroristes de l'UE et des Etats-Unis, est tenu pour responsable de la mort de 824 personnes en 40 ans de violences pour l'indépendance du Pays Basque.
  

Première publication : 25/10/2008

COMMENTAIRE(S)