Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Un ministère et une journée pour lutter contre la solitude

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Tunisie retirée de la liste noire de l'Union européenne sur l'évasion fiscale

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

FOCUS

Namibie : des communautés massacrées au début du 20e siècle demandent réparation à l’Allemagne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mélanie Thierry bouleversante dans "La douleur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mike Pence, messianique devant la Knessset"

En savoir plus

Le chômage frappe à la porte de Villacanas

Vidéo par Adeline PERCEPT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/10/2008

Naguère florissante, l'industrie de la construction de portes à Villacanas subit de plein fouet l'éclatement de la bulle immobilière espagnole et le contre-coup de la crise financière. Les usines ferment leurs portes, et le chômage augmente.

Au plus fort de la croissance du secteur immobilier en Espagne, la petite ville castillane de Villacanas produisait 70% des portes utilisées dans les nouvelles constructions du pays. En 2006, les usines locales employaient 5 600 personnes.
 

Mais depuis, la bulle immobilière a éclaté et l'onde de choc de la crise financière internationale commence à se faire sentir sur l'économie réelle. Conséquence :  1 800 personnes ont déjà été licenciées.

 
"Ce que nous vivons ici n'est ni plus ni moins que la conséquence de ce qui se passe dans le monde globalisé", constate Lorenzo Fernandez, un retraité local. Car pour continuer à construire leurs portes, les entreprises ont besoin de crédits  bancaires. "Le financement des banques s'est réduit comme peau de chagrin", déplore Santiago Garcia-Aranda, maire de Villacanas. Et les entrepreneurs locaux craignent que le plus dur soit encore à venir.

 

Pour regarder le reportage, cliquez sur la vidéo.

Première publication : 25/10/2008

COMMENTAIRE(S)