Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

Le chômage frappe à la porte de Villacanas

Vidéo par Adeline PERCEPT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/10/2008

Naguère florissante, l'industrie de la construction de portes à Villacanas subit de plein fouet l'éclatement de la bulle immobilière espagnole et le contre-coup de la crise financière. Les usines ferment leurs portes, et le chômage augmente.

Au plus fort de la croissance du secteur immobilier en Espagne, la petite ville castillane de Villacanas produisait 70% des portes utilisées dans les nouvelles constructions du pays. En 2006, les usines locales employaient 5 600 personnes.
 

Mais depuis, la bulle immobilière a éclaté et l'onde de choc de la crise financière internationale commence à se faire sentir sur l'économie réelle. Conséquence :  1 800 personnes ont déjà été licenciées.

 
"Ce que nous vivons ici n'est ni plus ni moins que la conséquence de ce qui se passe dans le monde globalisé", constate Lorenzo Fernandez, un retraité local. Car pour continuer à construire leurs portes, les entreprises ont besoin de crédits  bancaires. "Le financement des banques s'est réduit comme peau de chagrin", déplore Santiago Garcia-Aranda, maire de Villacanas. Et les entrepreneurs locaux craignent que le plus dur soit encore à venir.

 

Pour regarder le reportage, cliquez sur la vidéo.

Première publication : 25/10/2008

COMMENTAIRE(S)