Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

Damas dénonce un raid américain meurtrier sur un village syrien

©

Vidéo par Karim TALBI

Texte par AFP

Dernière modification : 27/10/2008

Damas accuse Washington d'avoir lancé un raid aérien sur Al-Soukkariya, un village syrien proche de la frontière avec l'Irak. Une télévision privée syrienne affirme que huit personnes ont été tuées et 14 autres blessées.

La Syrie a annoncé une attaque dimanche de soldats américains débarqués d'hélicoptères venant d'Irak contre un bâtiment dans un village syrien frontalier, qui a fait huit morts, une escalade qualifiée de "dangereuse" par Damas.
   
Les autorités syriennes ont convoqué les chargés d'affaires américain et irakien et demandé à Bagdad d'interdire l'utilisation du territoire irakien pour lancer "des agressions contre la Syrie", ont rapporté les médias officiels syriens.
   
A Washington, un porte-parole du Pentagone, contacté par l'AFP, a indiqué qu'il n'y avait "pas de réponse" officielle aux informations sur cette opération qui serait la première du genre lancée par les Etats-Unis en territoire syrien. Et à Bagdad, l'armée américaine a dit "enquêter".
   
Selon la télévision d'Etat syrienne et l'agence de presse Sana, "quatre hélicoptères américains ont violé l'espace aérien syrien vers 16H45 locales (13H45 GMT) dimanche. Ils ont pénétré à 8 km de profondeur en territoire syrien".
   
"Des soldats américains (débarqués des hélicoptères) ont pris d'assaut un immeuble civil en construction et tiré à l'intérieur du bâtiment, faisant huit morts" dans le village d'Al-Soukkariya, dans la région d'Abou Kamal, à environ 550 km au nord-est de Damas, à proximité de la frontière irakienne, selon les médias officiels.
   
Les huit morts sont un père et ses quatre enfants ainsi qu'un couple et un autre homme, selon Sana qui cite leurs noms. Une personne a été blessée.
   
"Les appareils venus d'Irak ont ensuite quitté le territoire syrien en direction du territoire irakien", ajouté la télévision d'Etat.
   
Auparavant, la télévision privée syrienne Al-Dunia avait fait état de neuf morts civils et de 14 blessés dans cette attaque.
   
"La Syrie condamne cet acte agressif et en fait assumer aux forces américaines la responsabilité et toutes les conséquences qui en découleront", a indiqué un responsable syrien, cité par Sana.
   
"La Syrie demande en outre au gouvernement irakien d'assumer ses responsabilités et d'ouvrir immédiatement une enquête à la suite de cette dangereuse violation et d'interdire l'utilisation du territoire irakien pour lancer des agressions contre la Syrie", a ajouté ce responsable non identifié.
   
Le ministère de la Défense à Bagdad, interrogé par l'AFP, n'a pas souhaité commenter ces informations.
   
Damas et Washington sont en froid, l'actuelle administration de George W. Bush accusant la Syrie d'être souvent la porte d'entrée pour les "terroristes étrangers" qui veulent combattre au côté du réseau extrémiste Al-Qaïda en Irak.
   
Mais la violence a considérablement diminué en Irak et les responsables américains disent observer depuis quelques mois de la retenue de la part des Iraniens et des Syriens dans leurs agissements en Irak.
   
Le 16 octobre, les autorités irakiennes ont annoncé l'arrestation de sept "terroristes" de nationalité syrienne dans la province de Diyala, au nord-est de Bagdad, réputée abriter des membres d'Al-Qaïda et des groupes d'insurgés.
   
Trois jours plus tôt, le nouvel ambassadeur de Syrie en Irak avait pris ses fonctions à Bagdad. Il s'agit du premier ambassadeur de Syrie à Bagdad depuis près de trois décennies, les deux pays ayant rompu leurs relations diplomatiques en 1980 avant de les renouer en 2006.
   
Cette opération américaine annoncée par la Syrie survient alors que le régime du président Bachar al-Assad a commencé à sortir de son isolement diplomatique international.
   
L'armée américaine, depuis l'invasion de l'Irak 2003, a mené plusieurs opérations contre des combattants étrangers, notamment arabes, qui passent par le poste irakien d'Al-Qaëm, à la frontière syrienne, pour prêter main forte aux insurgés en Irak, selon les Américains.

Première publication : 26/10/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)