Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

L'insécurité, "fléau" des journalistes mexicains

Texte par AFP

Dernière modification : 26/10/2008

A l'issue de son assemblée annuelle, l'Association mexicaine des éditeurs de presse écrite (AME) a dénoncé le crime organisé dont les journalistes sont, selon elle, les "cibles".

L'insécurité des journalistes, cibles du crime organisé, a occupé l'essentiel des débats des éditeurs mexicains de presse écrite, qui ont conclu leur 24e assemblée annuelle samedi à Veracruz, sur la côte de l'Atlantique (est) du pays.
  
L'insécurité est un "fléau" pour les journalistes, affirme la déclaration finale de l'Association mexicaine des éditeurs de presse écrite (Ame), dont la 24e assemblée annuelle coïncidait avec le 25e anniversaire.
  
Au Mexique, 76 journalistes ont été tués ou sont portés disparus depuis 1987, a souligné lors des débats le directeur exécutif de la Société interaméricaine de presse (SIP), Julio Munoz.
  
Le Mexique est ainsi depuis cette date le deuxième pays le plus dangereux d'Amérique latine, derrière la Colombie (123 morts ou disparus), sur un total panaméricain de 344, et le bilan s'y est alourdi plus rapidement au cours des dernières années, une intensification "liée aux cartels de la drogue", a ajouté M. Munoz.
  
Les journalistes sont visés par des menaces directes ou indirectes, des intimidations sous forme de photos de leurs femmes ou de leurs enfants déposées à leur bureau, ont expliqué les intervenants de l'Ame. "Plus de 70% des attaques contre les journalistes proviennent de fonctionnaires", a insisté l'un des orateurs, dans une allusion directe à des policiers corrompus.
  
Pour protéger les journalistes et les aider à exercer leur métier, Ricardo Aleman, éditorialiste du quotidien national El Universal, a appelé les autorités à agir, et les médias à "constituer un front, en s'unissant à la société".
  
"Nous avons les moyens suffisants, avec la radio, la TV, internet, des médias de très grande pénétration", a-t-il insisté. "Voyez l'exemple de la Colombie, de l'Italie, ils l'ont fait", a-t-il cité en référence aux succès de la lutte contre le crime organisé dans ces pays.
  
Face à ces menaces vitales, celle que les nouveaux médias font planer sur l'avenir de la presse écrite sont passées à l'arrière-plan. "Les médias électroniques et internet ne sont pas une concurrence, mais un complément et une opportunité, ce sont des alliés", a conclu l'Ame dans sa déclaration finale.

Première publication : 26/10/2008

COMMENTAIRE(S)