Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'après Zuma : Cyril Ramaphosa présente son plan d'action pour le pays

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Infrastructures : les grands travaux de Donald Trump

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chômage en baisse : la France est-elle sortie de la crise ?

En savoir plus

À quoi servent les grands électeurs ?

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 29/10/2008

Clé de voute du système électoral américain, c'est le Collège électoral qui, au final, donne les pleins pouvoirs au président et non les citoyens qui se sont rendus aux urnes. Pourquoi cette bizarrerie ? Réponse du professeur Ekovich.

Professeur à l'American University of Paris, Steven Ekovich est l'auteur de plusieurs ouvrages dont :

"Qui est John Kerry ?" (Editions Pepper, 2004);

"Les pétro-dynasties du Golfe : vrais ou faux dragons ?" (Eurorient, 2004);

"Les Etats-Unis : de la défense du libéralisme au nécessaire libéralisme de la défense", in Geostratégiques, No. 4, avril 2001;

"Les Etats-Unis et l'Allemagne : une relation profonde et parfois turbulente", in Géostratégiques, No. 2, février 2001;

"George W. Bush : vers une nouvelle politique étrangère" in Géostratégiques, No. 1, janvier 2001.


Retrouvez les autres émissions "La présidentielle américaine pour les nuls":

Un candidat indépendant peut-il être élu ?

Qui sont les électeurs indépendants ?

Ânes et Éléphants

Première publication : 27/10/2008

COMMENTAIRE(S)