Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

L'opération anti-piratage de Microsoft irrite les Chinois

Texte par Sébastien LE BELZIC , correspondant à Pékin

Dernière modification : 28/10/2008

Le géant américain du logiciel a lancé une vaste offensive contre le piratage de ses produits. Depuis le 21 octobre, un écran noir apparaît sur les ordinateurs de milliers de resquilleurs chinois qui dénoncent des procédés autoritaires.

“Ne vous laissez pas tyranniser par Microsoft !" Une nouvelle fois, la fronde est venue des blogs chinois. Des centaines de milliers d’internautes en colère s’en prennent au géant américain du logiciel. En cause, la vaste opération anti-piratage baptisée "Ecran noir" mise en place le 21 octobre dernier par le groupe américain.

 

Le mécanisme est simple. En mettant à jour leur logiciel Windows, les 250 millions de Chinois qui possèdent un ordinateur téléchargent automatiquement un logiciel anti-piratage qui fait virer au noir le fond d'écran de tous ceux qui possèdent une version piratée de Windows.

 

626En quelques heures, plus de 100 000 internautes se sont connectés sur les forum de sohu.com et de sina.com  pour crier leur colère.

 

“L’action de Microsoft est illégale, écrit un internaute. C’est une opération violente, agressive, qui va à l’encontre de la loi”. “Empêcher les gens d’utiliser des versions piratées est normale, explique un autre. Mais faire passer les écrans au noir ne va faire qu’augmenter la colère des Chinois et attirer des problèmes à Microsoft.”

 

"Quand Microsoft a pris pied en Chine, il a fermé les yeux sur le piratage. Maintenant qu'il domine le marché, il décide de supprimer le piratage, sciant l'échelle avec laquelle il a pu accéder à l'hégémonie", assure un autre blogueur.

 

"Microsoft est le plus dangereux hacker de Chine, qui s'introduit dans l'ordinateur des gens sans leur consentement", s'emporte enfin cet avocat de Pékin interrogé dans le China Daily. L’affaire fait grand bruit et a été relayée par toute la presse chinoise.

 
Au royaume du piratage, Microsoft n’est plus le roi

En vente à moins de 1 euro dans la rue, prés de neuf logiciels de Microsoft sur dix sont des versions pirates en Chine. Un gigantesque manque à gagner pour la société de Bill Gates qui a fait de la Chine l’une de ses priorités avec la construction, notamment, d’un centre de recherche flambant neuf à Pékin. La Chine est depuis cette année le premier pays au monde pour le nombre d’internautes avec plus de 250 millions de personnes connectées au Web.

 

Mais le choix de cette opération coup de poing sur les écrans d’ordinateur est risqué. En s’attirant l’ire de millions de Chinois, il les incite surtout à se tourner vers des solutions alternatives

 

Selon le quotidien hongkongais South China Morning Post des millions d'utilisateurs ont anticipé la campagne et déjà lâché leur version piratée de Microsoft Office au profit de logiciels élaborés en Asie.

 
Kingsoft, fabricant de logiciels basé à Hong Kong, a constaté une augmentation de 50 % de ses ventes depuis le début du mois d’octobre.

 

Enfin, certains proposent peut-être la solution à tous les problèmes : “Si Windows était gratuit, il n’y aurait plus de versions pirates, les entreprises dépenseraient moins en achat de logiciels et ça les soulagerait en ces temps de crise financière. Le prix des ordinateurs serait plus abordable et donc les ordinateurs seraient plus populaires”.

Première publication : 28/10/2008

COMMENTAIRE(S)