Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Les rebelles avancent, la Monuc dans la tourmente

Vidéo par Valérie GIEBEL

Dernière modification : 29/10/2008

Alors que les rebelles de Laurent Nkunda progressaient vers Goma en prenant la localité de Kibumba, le commandant des forces de la mission de paix de l'ONU en RDC (Monuc) donnait sa démission pour des "raisons personnelles".

Les rebelles congolais du chef tutsi Laurent Nkunda, qui ont lancé une nouvelle offensive durant le week-end, progressaient lundi vers Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu dans l'est du pays, forçant des milliers de personnes à l'exode.


Kibumba aux mains des hommes de Nkunda


Les combats se poursuivaient lundi matin et les hommes du Congrès national pour la défense du Peuple (CNDP), le mouvement de Nkunda, ont chassé l'armée gouvernementale du village de Kibumba, à une vingtaine de km au nord de Goma.

 

"A 11h00 ce matin, nous avons chassé de Kibumba les forces gouvernementales qui combattent aux côtés des rebelles hutus et ces forces se sont retirées vers Goma qui est notre prochain objectif", a annoncé le porte-parole du CNDP, Bertrand Bisimwa.

 

L'ONG humanitaire chrétienne World Vision, qui a pu gagner Kibumba lundi, a fait état de fusillades près de la localité. Peu après le crépuscule, des coups de feu ont été entendus dans les parages de l'aéroport de Goma, a annoncé un témoin.

 

Le chef du village de Kibumba, Jean-Claude Bamenya, a précisé que la population et les réfugiés installés à proximité s'étaient enfuis devant l'avance rebelle. "Tous les réfugiés et tous les habitants de Kibumba ont déjà fui. Il y a des combats maintenant dans le village et je me dirige à pied vers Goma avec ma famille", a-t-il ajouté.


La Monuc dans la tourmente

  

Dimanche, lorsque les partisans de Nkunda avaient pris le contrôle de la base militaire de Rumangabo, ils ont détruit deux véhicules blindés de la Monuc, la mission de paix de l'Onu en République démocratique du Congo, blessant plusieurs casques bleus, a déclaré un porte-parole de l'Onu. Une personne a été tuée.

 

En se rapprochant de Goma lundi, les rebelles ont provoqué un vent de panique dans la ville et la colère de la population. Dans l’après-midi, à Goma, plusieurs centaines de personnes ont manifesté contre la Monuc, bloquant la route qui mène à son quartier-général, lui reprochant de ne pas être assez ferme envers les troupes du CNDP.

 

Pendant ce temps à New York, l'ONU annonçait la démission du commandant des Casques bleus de la Monuc, le général Vicente Diaz de Villegas, officiellement pour des "raisons personnelles". De source diplomatique, on affirme toutefois que ce général espagnol estime que la Monuc n'a pas les moyens de remplir sa tâche.

 

Le général ghanéen Ishmeel Ben Quartey assumera l'intérim de la plus importante force de paix des Nations unies dans le monde, avec près de 17.000 casques bleus.

 

Marée de réfugiés

 

Véritable marée humaine en perdition, près de 20.000 civils civils marchaient en hâte lundi sur la route en direction de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).



Depuis leur reprise, le 28 août, en violation d'un accord de paix signé à Goma en janvier, les affrontements entre le CNDP et les FARDC dans le Nord-Kivu ont poussé quelque 200.000 personnes de plus à fuir leur maison, selon vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU.



Au total, entre 1,4 et 2 millions de civils ont été déplacés par les vagues successives de violences au Nord-Kivu, soit plus du quart des 5 millions d'habitants que compte cette province frontalière du Rwanda.

 


Un nouveau gouvernement « de combat et de reconstruction »

 

Au même moment, le président Joseph Kabila a annoncé la formation d’un nouveau gouvernement pour tenter notamment de pacifier l'est du pays, où près de 20.000 civils ont fui lundi les combats entre la rébellion de Laurent Nkunda et l'armée congolaise.

Attendu depuis près d'un mois, à la suite de la démission du Premier ministre Antoine Gizenga, ce nouveau gouvernement "de combat et de reconstruction" dirigé par Adolphe Muzito, compte 54 membres avec trois vice-Premiers ministres, 37 ministres et 13 vice-ministres.

Les ministres de la Défense, Chikez Diemu, et de l'Intérieur, Denis Kalume, qui n'ont pu réduire dans la province du Nord-Kivu (est) la rébellion de Laurent Nkunda, sont sanctionnés. Ils sont respectivement remplacés par Charles Mwando et Célestin Mbuyu.

La formation de ce troisième gouvernement depuis l'élection en 2006 du président Kabila intervient au moment où des membres du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) du chef rebelle tutsi congolais Laurent Nkunda enlève positions sur positions à l'armée régulière (FARDC).

Première publication : 28/10/2008

COMMENTAIRE(S)