Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

Le fils de Charles Taylor reconnu coupable de tortures

Texte par AFP

Dernière modification : 30/10/2008

"Chuckie" Taylor, le fils de l'ex-président du Liberia, a été reconnu coupable de complot d'assassinat et de tortures au cours d'un procès se tenant à Miami, aux États-Unis. Il encourt la prison à vie. La sentence sera rendue le 9 janvier.

Le fils de l'ancien président du Liberia Charles Taylor, "Chuckie" Taylor, a été reconnu coupable de tortures jeudi à Miami, dans ce qui constitue le premier procès aux Etats-Unis pour ce type de crimes commis à l'étranger, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Un jury composé de 12 membres a déclaré Charles McArthur Emmanuel Taylor, plus connu sous le nom de "Chuckie" Taylor, coupable de complot d'assassinat et de tortures après deux jours de délibérations.

La sentence sera rendue le 9 janvier, a indiqué la source judiciaire.

Charles Taylor Junior, âgé de 31 ans, né aux Etats-Unis et possédant la nationalité américaine, encourt la prison à vie.

Il était à la tête des services antiterroristes lorsque son père dirigeait le Liberia de 1997 à 2003.

Le dossier d'accusation décrit en détail plusieurs cas de tortures et de meurtres qu'il aurait dirigés ou ordonnés entre avril 1999 et juillet 2003. Y figurent notamment le cas d'une victime placée nue dans une fosse et recouverte de fourmis à la piqûre particulièrement douloureuse ou encore des tortures au moyen de chocs électriques, d'eau bouillante ou d'un fer à repasser.

Il était également accusé d'avoir abattu sommairement des personnes arrêtées à un barrage routier, d'en avoir poignardé d'autres avec une baïonnette ou encore d'avoir brûlé vives ses victimes.

C'est la première fois que les Etats-Unis utilisent une loi fédérale votée en 1994 qui les autorise à juger les faits de tortures commises par des citoyens américains à l'étranger.

"Le verdict d'aujourd'hui est une étape importante pour s'assurer que la justice sera rendue lorsque des atrocités sont commises", a réagi dans un communiqué Elise Keppler de l'ONG Human Rights Watch (HRW).

"Jamais auparavant des auteurs de tortures à l'étranger n'avaient été poursuivis aux Etats-Unis. Nous nous tournons maintenant vers le département de la Justice pour que d'autres cas comme celui-ci soient jugés", a-t-elle ajouté.

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) juge actuellement Charles Taylor père pour crimes de guerre et crimes contre l'Humanité durant la guerre civile qui a déchiré ce pays de 1991 à 2001, faisant 120.000 morts. Le procès a été délocalisé à La Haye pour des raisons de sécurité.

Première publication : 30/10/2008