Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Le fils de Charles Taylor reconnu coupable de tortures

Texte par AFP

Dernière modification : 30/10/2008

"Chuckie" Taylor, le fils de l'ex-président du Liberia, a été reconnu coupable de complot d'assassinat et de tortures au cours d'un procès se tenant à Miami, aux États-Unis. Il encourt la prison à vie. La sentence sera rendue le 9 janvier.

Le fils de l'ancien président du Liberia Charles Taylor, "Chuckie" Taylor, a été reconnu coupable de tortures jeudi à Miami, dans ce qui constitue le premier procès aux Etats-Unis pour ce type de crimes commis à l'étranger, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.
  
Un jury composé de 12 membres a déclaré Charles McArthur Emmanuel Taylor, plus connu sous le nom de "Chuckie" Taylor, coupable de complot d'assassinat et de tortures après deux jours de délibérations.
  
La sentence sera rendue le 9 janvier, a indiqué la source judiciaire.
  
Charles Taylor Junior, âgé de 31 ans, né aux Etats-Unis et possédant la nationalité américaine, encourt la prison à vie.
  
Il était à la tête des services antiterroristes lorsque son père dirigeait le Liberia de 1997 à 2003.
  
Le dossier d'accusation décrit en détail plusieurs cas de tortures et de meurtres qu'il aurait dirigés ou ordonnés entre avril 1999 et juillet 2003. Y figurent notamment le cas d'une victime placée nue dans une fosse et recouverte de fourmis à la piqûre particulièrement douloureuse ou encore des tortures au moyen de chocs électriques, d'eau bouillante ou d'un fer à repasser.
  
Il était également accusé d'avoir abattu sommairement des personnes arrêtées à un barrage routier, d'en avoir poignardé d'autres avec une baïonnette ou encore d'avoir brûlé vives ses victimes.
  
C'est la première fois que les Etats-Unis utilisent une loi fédérale votée en 1994 qui les autorise à juger les faits de tortures commises par des citoyens américains à l'étranger.
  
"Le verdict d'aujourd'hui est une étape importante pour s'assurer que la justice sera rendue lorsque des atrocités sont commises", a réagi dans un communiqué Elise Keppler de l'ONG Human Rights Watch (HRW).
  
"Jamais auparavant des auteurs de tortures à l'étranger n'avaient été poursuivis aux Etats-Unis. Nous nous tournons maintenant vers le département de la Justice pour que d'autres cas comme celui-ci soient jugés", a-t-elle ajouté.
  
Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) juge actuellement Charles Taylor père pour crimes de guerre et crimes contre l'Humanité durant la guerre civile qui a déchiré ce pays de 1991 à 2001, faisant 120.000 morts. Le procès a été délocalisé à La Haye pour des raisons de sécurité.

Première publication : 30/10/2008

COMMENTAIRE(S)