Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Les internautes à la recherche des responsables du conflit

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 31/10/2008

Le conflit qui déchire l'est de la République démocratique du Congo ne laisse pas les internautes de FRANCE 24 indifférents. Tous cherchent à trouver le responsable, qu'il s'agisse du Rwanda, de la Monuc ou de la communauté internationale.

La couverture de FRANCE 24 sur le conflit qui déchire l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a suscité un vif débat entre les internautes. Leurs avis sont aussi assurés que partagés lorsqu’il est question de trouver un responsable à la situation.

 

Coupable : Kigali

 

Premier en ligne de mire, Laurent NKunda est accusé d’être à la botte de Kigali. “Tout le monde sait que le général tutsi Nkunda combat le gouvernement élu congolais pour le compte du dictateur Paul Kagame [président du Rwanda]”, écrit ainsi un contributeur anonyme.

 

De manière générale, le Rwanda est souvent tenu pour responsable. "C'est un petit pays de 30 000 km² avec plus de 10 millions d'habitants ! Le gouvernement rwandais veut agrandir son territoire", affirme François du Bénin. Une raison parmi d’autres d’accuser Kigali.

 

Louison Lesuka, depuis Manchester au Royaume-Uni, elle, affirme que par cette "guerre larvée", le président rwandais tente de s'accaparer [les] minerais [de la région du Nord-Kivu, l’une des plus grandes réserves d’étain et de cuivre d’Afrique]".

 

Mais l’argument ne fait pas toujours mouche. “Les immenses ressources de la RDC ont-elles jamais bénéficiées à la population ?", s’interroge Patrick, depuis les Etats-Unis. Et d’ajouter: "Dois-je vous rappeler que le Congo n’a pas attendu Kagame pour sombrer dans le chaos."

 

Coupable : Kinshasa

 

Pour les internautes, Kigali accusé ne signifie pas que Kinshasa soit blanchi.

 

Geraud, à Pékin, accuse en particulier la mauvaise diplomatie du président congolais. "Kabila a cru, pendant presque deux ans, défier tous les partenaires traditionnels du Congo et tourner ainsi le dos à la communauté internationale. Mais jouer contre l'Occident (…) n'était pas sage", analyse-t-il.

 

Plus généralement, l’armée congolaise est vue comme le grand maillon faible du conflit. "C'est impensable et presque inimaginable que l'armée d'un grand pays comme le Congo ne soit pas en mesure de faire face à l'armée d'un petit pays comme le Rwanda", se scandalise François du Bénin. Et il n’est pas le seul.

 

"L'amateurisme dans la chaîne de commandement et la démoralisation des troupes, vous avez là les raisons qui expliquent la promenade de santé de Kagame et de ses complices, ajoute Mike.

 

Coupable : la Monuc

 

Mike tient également pour responsable les forces onusiennes dont "on connaît tous la crédibilité", ironise-il.

 

Mwalimu Kin tente depuis la RDC de définir la Monuc. "Mission onusienne d'observation au Congo. Observer quoi ?", se demande-t-il. "Le nombre de victimes que font ces guerres injustes, le nombre des femmes violées?"

 

Point de vue partagé par Julien qui considère que "la RDC n'a pas besoin d’ organismes avec mission non définie".

 

Pour d’autres, comme Samdaudet en Belgique, la Monuc est carrément un "instrument de la néocolonisation au service des Occidentaux pour spolier les richesses de l'Afrique".

 

Coupable : la communauté internationale

 

"Le monde entier sait que c'est l'Occident avec George W. Bush en tête qui est la vraie cause de la guerre en RDC, affirme Axel depuis la France. L'ONU, la Monuc, Les Nations unies, l'Occident... Ce sont là de vieux engrenages pour voler et piller systématiquement les richesses du Congo."

 

Haikeri, à Dakar, s’attaque plus particulièrement aux ONG internationales. "Les conflits en Afrique profite aux ONG qui jouent aux humanitaires pour se faire de l'argent", dit-il.

 

L’internaute qui a choisi comme pseudonyme "Deux poids deux mesures", connecté depuis la RDC, parle lui carrément de "mafia occidentale".


 

Première publication : 30/10/2008

COMMENTAIRE(S)