Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

Les internautes à la recherche des responsables du conflit

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 31/10/2008

Le conflit qui déchire l'est de la République démocratique du Congo ne laisse pas les internautes de FRANCE 24 indifférents. Tous cherchent à trouver le responsable, qu'il s'agisse du Rwanda, de la Monuc ou de la communauté internationale.

La couverture de FRANCE 24 sur le conflit qui déchire l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a suscité un vif débat entre les internautes. Leurs avis sont aussi assurés que partagés lorsqu’il est question de trouver un responsable à la situation.

 

Coupable : Kigali

 

Premier en ligne de mire, Laurent NKunda est accusé d’être à la botte de Kigali. “Tout le monde sait que le général tutsi Nkunda combat le gouvernement élu congolais pour le compte du dictateur Paul Kagame [président du Rwanda]”, écrit ainsi un contributeur anonyme.

 

De manière générale, le Rwanda est souvent tenu pour responsable. "C'est un petit pays de 30 000 km² avec plus de 10 millions d'habitants ! Le gouvernement rwandais veut agrandir son territoire", affirme François du Bénin. Une raison parmi d’autres d’accuser Kigali.

 

Louison Lesuka, depuis Manchester au Royaume-Uni, elle, affirme que par cette "guerre larvée", le président rwandais tente de s'accaparer [les] minerais [de la région du Nord-Kivu, l’une des plus grandes réserves d’étain et de cuivre d’Afrique]".

 

Mais l’argument ne fait pas toujours mouche. “Les immenses ressources de la RDC ont-elles jamais bénéficiées à la population ?", s’interroge Patrick, depuis les Etats-Unis. Et d’ajouter: "Dois-je vous rappeler que le Congo n’a pas attendu Kagame pour sombrer dans le chaos."

 

Coupable : Kinshasa

 

Pour les internautes, Kigali accusé ne signifie pas que Kinshasa soit blanchi.

 

Geraud, à Pékin, accuse en particulier la mauvaise diplomatie du président congolais. "Kabila a cru, pendant presque deux ans, défier tous les partenaires traditionnels du Congo et tourner ainsi le dos à la communauté internationale. Mais jouer contre l'Occident (…) n'était pas sage", analyse-t-il.

 

Plus généralement, l’armée congolaise est vue comme le grand maillon faible du conflit. "C'est impensable et presque inimaginable que l'armée d'un grand pays comme le Congo ne soit pas en mesure de faire face à l'armée d'un petit pays comme le Rwanda", se scandalise François du Bénin. Et il n’est pas le seul.

 

"L'amateurisme dans la chaîne de commandement et la démoralisation des troupes, vous avez là les raisons qui expliquent la promenade de santé de Kagame et de ses complices, ajoute Mike.

 

Coupable : la Monuc

 

Mike tient également pour responsable les forces onusiennes dont "on connaît tous la crédibilité", ironise-il.

 

Mwalimu Kin tente depuis la RDC de définir la Monuc. "Mission onusienne d'observation au Congo. Observer quoi ?", se demande-t-il. "Le nombre de victimes que font ces guerres injustes, le nombre des femmes violées?"

 

Point de vue partagé par Julien qui considère que "la RDC n'a pas besoin d’ organismes avec mission non définie".

 

Pour d’autres, comme Samdaudet en Belgique, la Monuc est carrément un "instrument de la néocolonisation au service des Occidentaux pour spolier les richesses de l'Afrique".

 

Coupable : la communauté internationale

 

"Le monde entier sait que c'est l'Occident avec George W. Bush en tête qui est la vraie cause de la guerre en RDC, affirme Axel depuis la France. L'ONU, la Monuc, Les Nations unies, l'Occident... Ce sont là de vieux engrenages pour voler et piller systématiquement les richesses du Congo."

 

Haikeri, à Dakar, s’attaque plus particulièrement aux ONG internationales. "Les conflits en Afrique profite aux ONG qui jouent aux humanitaires pour se faire de l'argent", dit-il.

 

L’internaute qui a choisi comme pseudonyme "Deux poids deux mesures", connecté depuis la RDC, parle lui carrément de "mafia occidentale".


 

Première publication : 30/10/2008

COMMENTAIRE(S)