Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardifs sont rarement désintéressés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Brexit, début de l'implosion du Royaume-Uni ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Qatar va investir 5 milliards de livres au Royaume-Uni

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mystère Fillon"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : après 5 mois de blocage, un gouvernement voit le jour

En savoir plus

Les immigrés retournent au pays

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 31/10/2008

Ils avaient quitté leur pays pour un travail et une vie meilleure, mais la crise économique les a contraint au chômage. Immigrés mexicains, polonais ou roumains ont décidé de rentrer chez eux ou de partir en quête d'un nouvel eldorado.

L’Occident fait-il toujours rêver ? La question se pose au regard des différents mouvements de populations immigrées venues chercher un travail. Alors que leur pays d'accueil subit la crise économique, immigrés mexicains, polonais et roumains ont choisi de rentrer chez eux, ou de partir en quête d'un nouvel eldorado. 

Le rêve américain s’éloigne pour de nombreux immigrés mexicains. "Je n’ai pas trouvé de travail, l’économie va mal", constatent nombre d’entre eux. Selon les derniers chiffres, ils sont 75 000 Mexicains à avoir perdu leur emploi depuis le début de l’année, la plupart dans le bâtiment. N’ayant plus d’argent à envoyer à leur famille restée au pays, ils choisissent de rentrer chez eux. Selon la Commission économique pour l'Amérique latine (CEPAL), deux millions de Mexicains pourraient fuir les Etats-Unis et rentrer chez eux dans les prochains mois en raison de la crise économique. Sans pour autant être assurés de trouver un emploi bien rémunéré.

Les Polonais sont venus en Irlande dans les années 1990 pour profiter du boom économique. Aujourd’hui, ils quittent le pays, frappé par la crise économique. Travaillant pour la plupart dans le bâtiment, ils doivent faire face à une pénurie d'emplois. La plupart ont choisi de regagner leur pays dans l'espoir de trouver un emploi, notamment dans les préparatifs du championnat d'Europe de football de 2012. Ou ils préfèrent migrer vers d'autres pays européens, comme en Scandinavie qui propose des conditions sociales favorables.


En ces temps de crise économique, il fait bon vivre en Roumanie. Le pays connait une frénésie immobilière sans précédent depuis la chute de la dictature communiste, il y a dix-neuf ans, au point que ceux qui avaient quitté le pays hier sont aujourd’hui revenus. 160 000 Roumains sont revenus et ne sont pas repartis à l’étranger. Face à l’explosion du marché immobilier, les salaires, dont la moyenne était fixée à 200 euros, ont augmenté et peuvent atteindre 1 000 euros.

Première publication : 31/10/2008

COMMENTAIRE(S)