Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Les immigrés retournent au pays

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 31/10/2008

Ils avaient quitté leur pays pour un travail et une vie meilleure, mais la crise économique les a contraint au chômage. Immigrés mexicains, polonais ou roumains ont décidé de rentrer chez eux ou de partir en quête d'un nouvel eldorado.

L’Occident fait-il toujours rêver ? La question se pose au regard des différents mouvements de populations immigrées venues chercher un travail. Alors que leur pays d'accueil subit la crise économique, immigrés mexicains, polonais et roumains ont choisi de rentrer chez eux, ou de partir en quête d'un nouvel eldorado. 

Le rêve américain s’éloigne pour de nombreux immigrés mexicains. "Je n’ai pas trouvé de travail, l’économie va mal", constatent nombre d’entre eux. Selon les derniers chiffres, ils sont 75 000 Mexicains à avoir perdu leur emploi depuis le début de l’année, la plupart dans le bâtiment. N’ayant plus d’argent à envoyer à leur famille restée au pays, ils choisissent de rentrer chez eux. Selon la Commission économique pour l'Amérique latine (CEPAL), deux millions de Mexicains pourraient fuir les Etats-Unis et rentrer chez eux dans les prochains mois en raison de la crise économique. Sans pour autant être assurés de trouver un emploi bien rémunéré.

Les Polonais sont venus en Irlande dans les années 1990 pour profiter du boom économique. Aujourd’hui, ils quittent le pays, frappé par la crise économique. Travaillant pour la plupart dans le bâtiment, ils doivent faire face à une pénurie d'emplois. La plupart ont choisi de regagner leur pays dans l'espoir de trouver un emploi, notamment dans les préparatifs du championnat d'Europe de football de 2012. Ou ils préfèrent migrer vers d'autres pays européens, comme en Scandinavie qui propose des conditions sociales favorables.


En ces temps de crise économique, il fait bon vivre en Roumanie. Le pays connait une frénésie immobilière sans précédent depuis la chute de la dictature communiste, il y a dix-neuf ans, au point que ceux qui avaient quitté le pays hier sont aujourd’hui revenus. 160 000 Roumains sont revenus et ne sont pas repartis à l’étranger. Face à l’explosion du marché immobilier, les salaires, dont la moyenne était fixée à 200 euros, ont augmenté et peuvent atteindre 1 000 euros.

Première publication : 31/10/2008

COMMENTAIRE(S)