Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Raul Castro réserve sa première sortie officielle à Lula

Texte par AFP

Dernière modification : 31/10/2008

La première sortie officielle hors de Cuba de Raul Castro devrait être au Brésil pour le sommet des pays d'Amérique latine, a annoncé le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a annoncé vendredi que son homologue cubain Raul Castro ferait en décembre au Brésil sa première visite officielle à l'étranger, dans le cadre d'un sommet des pays d'Amérique latine.

Lula a fait cette déclaration aux côtés de Raul Castro, qui n'a fait lui aucun commentaire, peu après la signature d'un contrat de prospection pétrolière entre les sociétés d'Etat cubaine et brésilienne, Cupet et Petrobras, dans la zone économique exclusive cubaine du Golfe du Mexique.

"Enfin nous avons la joie d'apprendre que son excellence va au Brésil afin de participer à la première rencontre que les pays d'Amérique latine et des Caraïbes vont organiser sans ingérence d'aucune puissance" les 16 et 17 décembre, a dit devant la presse le président brésilien.

Si cette visite se confirmait, il s'agirait du premier séjour à l'étranger en tant que président de Raul Castro qui a succédé officiellement en février dernier à son frère Fidel, 82 ans.

Le Brésil est le deuxième partenaire commercial de Cuba, avec des échanges de 450 millions de dollars en 2007, derrière le Venezuela. Ce dernier fournit chaque jour 100.000 barils de pétrole à des prix préférentiels à l'île communiste qui produit pour sa part environ 80.000 barils de pétrole par jour.

Chef de file de la gauche radicale en Amérique latine, le président vénézuélien Hugo Chavez est le grand ami de Fidel Castro mais il serait beaucoup moins proche de Raul Castro, selon experts et diplomates.

Concernant l'accord Petrobras-Cupet, Raul Castro s'est dit persuadé que le pétrole allait jaillir de la zone économique cubaine du Golfe du Mexique "pour deux raisons, les deux autres pays du Golfe (Mexique et Etats-Unis) en ont trouvé et Petrobras a de grandes capacités".

Selon ce contrat à risque, la société brésilienne pourra prospecter pendant sept ans une zone de 1.600 km2, d'une profondeur de 500 à 1.600 mètres, a précisé à la presse Miriam Guaraciaba, porte-parole de Petrobras.

Des investissements de 8 millions de dollars sont prévus dans un premier temps, selon Mme Guaraciaba qui a ajouté que Petrobras disposerait d'un contrat d'exploitation commun avec Cupet de 25 ans si du pétrole était trouvé.

Les autorités cubaines estiment à 21 milliards de barils les réserves de pétrole non prouvées dans la zone économique du Golfe du Mexique où plusieurs sociétés étrangères font déjà de l'exploration, mais sans résultat jusqu'ici.

Les sociétés Repsol (Espagne), Norsk Hidro (Norvège), ONGC Videsh Ltd (OVL, Inde), PDVSA (Venezuela), Petroles Vietnam, et Petrona (Malaisie) disposent notamment de contrats à risque dans cette zone ouverte aux investissements depuis 1999.

Le président Lula pourrait par ailleurs être reçu par Fidel Castro, 82 ans avant de quitter le pays vendredi. Le Lider Maximo reste très influent à Cuba et auprès de la gauche en Amérique latine malgré sa "retraite médicale".

Le président brésilien est arrivé jeudi soir à Cuba en provenance du San Salvador où se déroulait le 18e Sommet ibéro-américain, mais sans la présence de Raul Castro et d'Hugo Chavez.

Première publication : 31/10/2008

COMMENTAIRE(S)