Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Raul Castro réserve sa première sortie officielle à Lula

Texte par AFP

Dernière modification : 31/10/2008

La première sortie officielle hors de Cuba de Raul Castro devrait être au Brésil pour le sommet des pays d'Amérique latine, a annoncé le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a annoncé vendredi que son homologue cubain Raul Castro ferait en décembre au Brésil sa première visite officielle à l'étranger, dans le cadre d'un sommet des pays d'Amérique latine.

Lula a fait cette déclaration aux côtés de Raul Castro, qui n'a fait lui aucun commentaire, peu après la signature d'un contrat de prospection pétrolière entre les sociétés d'Etat cubaine et brésilienne, Cupet et Petrobras, dans la zone économique exclusive cubaine du Golfe du Mexique.

"Enfin nous avons la joie d'apprendre que son excellence va au Brésil afin de participer à la première rencontre que les pays d'Amérique latine et des Caraïbes vont organiser sans ingérence d'aucune puissance" les 16 et 17 décembre, a dit devant la presse le président brésilien.

Si cette visite se confirmait, il s'agirait du premier séjour à l'étranger en tant que président de Raul Castro qui a succédé officiellement en février dernier à son frère Fidel, 82 ans.

Le Brésil est le deuxième partenaire commercial de Cuba, avec des échanges de 450 millions de dollars en 2007, derrière le Venezuela. Ce dernier fournit chaque jour 100.000 barils de pétrole à des prix préférentiels à l'île communiste qui produit pour sa part environ 80.000 barils de pétrole par jour.

Chef de file de la gauche radicale en Amérique latine, le président vénézuélien Hugo Chavez est le grand ami de Fidel Castro mais il serait beaucoup moins proche de Raul Castro, selon experts et diplomates.

Concernant l'accord Petrobras-Cupet, Raul Castro s'est dit persuadé que le pétrole allait jaillir de la zone économique cubaine du Golfe du Mexique "pour deux raisons, les deux autres pays du Golfe (Mexique et Etats-Unis) en ont trouvé et Petrobras a de grandes capacités".

Selon ce contrat à risque, la société brésilienne pourra prospecter pendant sept ans une zone de 1.600 km2, d'une profondeur de 500 à 1.600 mètres, a précisé à la presse Miriam Guaraciaba, porte-parole de Petrobras.

Des investissements de 8 millions de dollars sont prévus dans un premier temps, selon Mme Guaraciaba qui a ajouté que Petrobras disposerait d'un contrat d'exploitation commun avec Cupet de 25 ans si du pétrole était trouvé.

Les autorités cubaines estiment à 21 milliards de barils les réserves de pétrole non prouvées dans la zone économique du Golfe du Mexique où plusieurs sociétés étrangères font déjà de l'exploration, mais sans résultat jusqu'ici.

Les sociétés Repsol (Espagne), Norsk Hidro (Norvège), ONGC Videsh Ltd (OVL, Inde), PDVSA (Venezuela), Petroles Vietnam, et Petrona (Malaisie) disposent notamment de contrats à risque dans cette zone ouverte aux investissements depuis 1999.

Le président Lula pourrait par ailleurs être reçu par Fidel Castro, 82 ans avant de quitter le pays vendredi. Le Lider Maximo reste très influent à Cuba et auprès de la gauche en Amérique latine malgré sa "retraite médicale".

Le président brésilien est arrivé jeudi soir à Cuba en provenance du San Salvador où se déroulait le 18e Sommet ibéro-américain, mais sans la présence de Raul Castro et d'Hugo Chavez.

Première publication : 31/10/2008

COMMENTAIRE(S)