Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Raul Castro réserve sa première sortie officielle à Lula

Texte par AFP

Dernière modification : 31/10/2008

La première sortie officielle hors de Cuba de Raul Castro devrait être au Brésil pour le sommet des pays d'Amérique latine, a annoncé le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a annoncé vendredi que son homologue cubain Raul Castro ferait en décembre au Brésil sa première visite officielle à l'étranger, dans le cadre d'un sommet des pays d'Amérique latine.

Lula a fait cette déclaration aux côtés de Raul Castro, qui n'a fait lui aucun commentaire, peu après la signature d'un contrat de prospection pétrolière entre les sociétés d'Etat cubaine et brésilienne, Cupet et Petrobras, dans la zone économique exclusive cubaine du Golfe du Mexique.

"Enfin nous avons la joie d'apprendre que son excellence va au Brésil afin de participer à la première rencontre que les pays d'Amérique latine et des Caraïbes vont organiser sans ingérence d'aucune puissance" les 16 et 17 décembre, a dit devant la presse le président brésilien.

Si cette visite se confirmait, il s'agirait du premier séjour à l'étranger en tant que président de Raul Castro qui a succédé officiellement en février dernier à son frère Fidel, 82 ans.

Le Brésil est le deuxième partenaire commercial de Cuba, avec des échanges de 450 millions de dollars en 2007, derrière le Venezuela. Ce dernier fournit chaque jour 100.000 barils de pétrole à des prix préférentiels à l'île communiste qui produit pour sa part environ 80.000 barils de pétrole par jour.

Chef de file de la gauche radicale en Amérique latine, le président vénézuélien Hugo Chavez est le grand ami de Fidel Castro mais il serait beaucoup moins proche de Raul Castro, selon experts et diplomates.

Concernant l'accord Petrobras-Cupet, Raul Castro s'est dit persuadé que le pétrole allait jaillir de la zone économique cubaine du Golfe du Mexique "pour deux raisons, les deux autres pays du Golfe (Mexique et Etats-Unis) en ont trouvé et Petrobras a de grandes capacités".

Selon ce contrat à risque, la société brésilienne pourra prospecter pendant sept ans une zone de 1.600 km2, d'une profondeur de 500 à 1.600 mètres, a précisé à la presse Miriam Guaraciaba, porte-parole de Petrobras.

Des investissements de 8 millions de dollars sont prévus dans un premier temps, selon Mme Guaraciaba qui a ajouté que Petrobras disposerait d'un contrat d'exploitation commun avec Cupet de 25 ans si du pétrole était trouvé.

Les autorités cubaines estiment à 21 milliards de barils les réserves de pétrole non prouvées dans la zone économique du Golfe du Mexique où plusieurs sociétés étrangères font déjà de l'exploration, mais sans résultat jusqu'ici.

Les sociétés Repsol (Espagne), Norsk Hidro (Norvège), ONGC Videsh Ltd (OVL, Inde), PDVSA (Venezuela), Petroles Vietnam, et Petrona (Malaisie) disposent notamment de contrats à risque dans cette zone ouverte aux investissements depuis 1999.

Le président Lula pourrait par ailleurs être reçu par Fidel Castro, 82 ans avant de quitter le pays vendredi. Le Lider Maximo reste très influent à Cuba et auprès de la gauche en Amérique latine malgré sa "retraite médicale".

Le président brésilien est arrivé jeudi soir à Cuba en provenance du San Salvador où se déroulait le 18e Sommet ibéro-américain, mais sans la présence de Raul Castro et d'Hugo Chavez.

Première publication : 31/10/2008

COMMENTAIRE(S)