Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Tripoli verse 1,5 milliard de dollars à un fonds d'indemnisation de victimes

Texte par AFP

Dernière modification : 31/10/2008

La Libye a versé les 1,5 milliard de dollars au fonds destiné à indemniser les victimes d'attentats imputés à la Libye mais aussi les familles de 40 Libyens tués lors des bombardements américains sur Tripoli et Benghazi, en 1986.

La Libye a versé les 1,5 milliard de dollars requis au fonds destiné à indemniser les victimes américaines et libyennes des confrontations entre les deux pays dans les années 1980, a annoncé vendredi le département d'Etat américain.

"Le 31 octobre, la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a certifié au Congrès que les Etats-Unis avaient reçu 1,5 milliard de dollars conformément à l'accord de compensation américano-libyen", a indiqué le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack, dans un communiqué.

"Ces fonds sont suffisants pour compenser les victimes du terrorisme conformément à l'accord", a précisé M. McCormack.

Ce fonds, créé en août dernier, peu avant la rencontre historique de la secrétaire d'Etat américaine avec le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi début septembre, se montera à 1,8 milliard de dollars, dont 1.5 milliard pour les victimes américaines et 300 millions pour les victimes libyennes.

Le versement des fonds attendus par Tripoli ouvre la voie à un abandon des poursuites judiciaires contre la Libye aux Etats-Unis et à une normalisation complète des relations entre les deux pays.

"Parallèlement, le président George W. Bush a décrété une loi d'application de cet accord. L'administration va maintenant agir rapidement pour distribuer ces fonds à la place des poursuites judiciaires contre la Libye devant la justice américaine", a-t-il souligné.

"La décision de la Libye de régler les affaires judiciaires en cours par le biais de cet accord de compensation est un jalon important dans nos relations bilatérales", a poursuivi M. McCormack. "Elle rend justice aux familles des victimes américaines du terrorisme et ouvre la voie à une extension des relations américano-libyennes".

L'accord prévoit l'indemnisation des victimes américaines de l'attentat de Lockerbie, en Ecosse, qui avait fait 270 morts en 1988, ainsi que de l'attentat visant la discothèque berlinoise "La Belle", en 1986, fréquentée par des soldats américains. Cet attentat avait fait trois morts et 260 blessés.

L'accord prévoit aussi l'indemnisation des victimes libyennes des raids américains lancés contre la Libye le 16 avril 1986, tuant 41 personnes, dont une fille adoptive du colonel Kadhafi.

Des plaintes ont été déposées et des jugements rendus dans les deux pays, mais ces contentieux juridiques empêchaient encore une normalisation complète des relations avec la Libye, ancienne bête noire des Etats-Unis devenue une alliée dans la lutte contre le terrorisme depuis qu'elle a renoncé à ses armes de destruction massive en 2003.

En 2006, les Etats-Unis avaient engagé un processus de normalisation des relations avec Tripoli, retirant la Libye de la liste des Etats soutenant le terrorisme et relevant les relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs.

Mais la nomination d'un nouvel ambassadeur à Tripoli ainsi que les fonds nécessaires à la construction d'une nouvelle ambassade n'ont toujours pas été approuvés par le Congrès américain, qui exige que le fonds d'indemnisation ait d'abord été complètement financé.

Première publication : 31/10/2008

COMMENTAIRE(S)