Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

La situation humanitaire se détériore au Nord-Kivu

©

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 01/11/2008

Les présidents congolais et rwandais ont accepté de se rencontrer prochainement à Nairobi, au Kenya, afin de trouver une issue aux violences qui secouent l'est de la RDC, où la situation des réfugiés est chaque jour un peu plus alarmante.

Pour lire notre article sur les discussions diplomatiques sur le Nord-Kivu cliquez ici.

 

Lire aussi notre article: "Les internautes à la recherche des responsables du conflit"

  

Et notre dossier: "Combats au Nord-Kivu"

 

 

 

Des milliers de déplacés, affamés, s'entassaient samedi le long de la route principale partant de Goma, capitale du Nord Kivu, tentés de profiter de la trêve pour regagner leur "domicile", le camp de Kibumba, plus au nord.
   
Regroupés par petites grappes autour d'un poste de radio, ou allongés à même le bas-côté herbeux de la route au niveau de Kibati, à 10 km au nord de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, ils ont fui pour la plupart lundi un camp de déplacés situé à 20 km plus au nord, à Kibumba, devant les tirs de mortier des rebelles de Laurent Nkunda.
   
Depuis, ces familles survivent, livrées à elles-mêmes, les ONG et autres agences humanitaires de l'ONU n'ayant pu jusqu'à présent leur délivrer une quelconque forme d'assistance.
   
"Je dors à côté de la route. Je n'ai pas de couverture, pas de bâche. Pour manger, on demande aux populations (locales) mais ce n'est pas suffisant", témoigne, les traits creusés, Simon Tuzere, un cultivateur de 50 ans.
   
A ses côtés, un jeune homme dépenaillé à la démarche claudicante en raison d'une blessure au pied mal soignée, crie famine.
   
"Nous n'avons que de l'eau. Cela fait une semaine, sans rien trouver à manger", explique John, 21 ans, lui aussi originaire du camp de Kibumba, désormais en zone rebelle.
   
A la différence d'autres villageois massés à Kibati, John n'a aucun effet personnel, juste un vieux blouson de cuir sur les épaules.
   
"Nous avons fui le camp lundi dans la matinée. C'est ce matin-là qu'ils ont commencé à jeter des bombes sur le camp", raconte-t-il.
   
Paysan, John pense à rentrer au camp de Kibumba, où selon lui, il a plus de chances de trouver de la nourriture.
   
"Si on sait qu'on retrouvera de la nourriture là-bas, on retournera", affirme-t-il.
   
L'afflux massif de ces déplacés de Kibumba en début de semaine a également fait peser un poids supplémentaire sur les populations installées à Kibati, mises à contribution pour leur fournir un peu de nourriture.
   
"Nous-mêmes nous n'avons pas grand-chose. Et nous ne sommes pas contents. Les déplacés viennent dans nos champs pour voler des bananes", explique Shamboko Kavura, robuste villageois de 35 ans, sur le pas de sa maisonnette en bois.
   
Un adolescent renchérit: "Ils nous ont volé une chèvre et le matériel de maison, les casseroles, les bassines".
   
Plus au nord sur la route, en direction de Kibumba, des familles reprenaient à pied le chemin de leur camp, rassurées par l'absence de combats dans la zone depuis 48 heures à la suite d'un cessez-le-feu unilatéral décrété mercredi par le général déchu tutsi congolais Laurent Nkunda.
   
Une fois passé le poste avancé des Casques bleus de la Monuc à Kibati, installé à l'écart de la route, ces familles franchiront quelques km plus loin une ligne de front invisible avant de passer devant une dizaine de rebelles, paisiblement assis à l'ombre.
   
John, de son côté, a appris que l'aide humanitaire tant attendue pourrait de nouveau être distribuée dans les prochains jours.
   
"Qu'ils fassent vite!", a-t-il simplement souhaité.

Première publication : 01/11/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)