Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

L'ONU se défend d'avoir failli à sa mission en RDC

Texte par REUTERS

Dernière modification : 04/11/2008

Accusé par certains Congolais déplacés de ne pas les avoir protégés des violences, l'ONU a défendu le rôle joué par sa mission de paix en République démocratique du Congo, la Monuc, déclarant "faire tout son possible".

Lire aussi notre article : "Les internautes à la recherche des responsables du conflit"

 

Javier Solana, grand patron de la diplomatie européenne, réagit sur FRANCE 24 à l'escalade de la violence au Congo.

  

Et notre dossier : "Combats au Nord-Kivu"

 

L'Onu a défendu lundi le rôle joué par sa mission de paix en République démocratique du Congo, la Monuc, accusée de n'avoir pas su protéger la population civile lors des récents combats dans l'est du pays.

Les associations humanitaires affirment que des dizaines de milliers de civils sont condamnés à errer dans la région, sans abris, nourriture ni soins médicaux.

Certains Congolais déplacés ont accusé les casques bleus de la Monuc de ne pas les avoir protégés des violences et des pillages, non seulement de la part des rebelles mais aussi de l'armée congolaise.

Alain Le Roy, secrétaire général adjoint de l'Onu aux missions de maintien de la paix, a réfuté ces accusations.

"Nous faisons tout notre possible", a-t-il déclaré à des journalistes à New York, par liaison vidéo de RDC, où il s'est rendu auprès des responsables de la Monuc.

Le Roy a estimé que la Monuc, qui dispose de 17.000 soldats dans toute la RDC, faisait tout son possible malgré un effectif limité dans l'est du pays, une région une fois et demie plus grande que la France. Il a ajouté que les autorités congolaises reconnaissaient que la Monuc avait aidé à empêcher les forces du général rebelle Laurent Nkunda de s'emparer de plus grandes étendues de territoire.

"Les autorités locales reconnaissent que sans la Monuc, de nombreux autres secteurs auraient été pris. Les critiques contre la Monuc sont, dans bien des cas je dois le dire, injustes."

Les forces de Nkunda semblent depuis une semaine sur le point de s'emparer de Goma, la capitale du Nord-Kivu, mais respectent un cessez-le-feu décrit comme fragile par Le Roy et Alan Doss, chef de la Monuc.
 

Première publication : 04/11/2008