Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

La victoire d'Obama suscite un intérêt mitigé à Caracas

Vidéo par François-Xavier FRELAND

Texte par François-Xavier FRELAND

Dernière modification : 06/11/2008

L'annonce de la victoire de Barack Obama a été diversement accueillie, au Venezuela. Si les chavistes attendent de voir sur pièce pour juger, les opposants à Hugo Chavez espèrent que les relations avec les États-Unis vont s'améliorer.

Il est une heure du matin à Caracas, lorsque Barack Obama  est officiellement élu 44e président des États-Unis. Chez Daniel et Marely, qui pour l'occasion ont reçu chez eux quelques amis, c'est le soulagement. 
 
Pas d'alcool, pas de champagne, on trinque la victoire au Coca-Cola. Réunis depuis 19 heures dans leur confortable appartement du quartier d'Altamira à Caracas, ils ont tous en commun d'être anti-chavez.
 
C'est sur CNN en anglais qu'ils se tiennent au courant des résultats. La plupart d'entre-eux connaît bien les États-Unis pour y avoir séjourné plusieurs fois. C'est un pays frère dont ils se sentent éloignés depuis l'accession au pouvoir de Hugo Chavez en 1998, et la détérioration des relations diplomatiques entre les deux pays.
 
Cette victoire historique est peut-être synonyme de dégel. En septembre dernier, l'ambassadeur américain a même été expulsé par Hugo Chavez. "Pour nous, la victoire d'Obama représente un espoir. L'espoir d'une amélioration, d'un réchauffement des relations diplomatiques et commerciales. Hugo Chavez l'a lui même annoncé, si Obama passait, les choses iraient mieux entre les deux pays. Mais d'un autre côté, on craint justement que ce président d'un parti démocrate, disons le, plutôt de gauche, ne conforte Chavez dans sa position de leader socialiste dans la région."
 
Soirée électorale sur la télévision vénézuélienne


Toute la soirée, sur les chaînes de télévision vénézueliennes, les figures de McCain ou d'Obama ont ravi la vedette au président Hugo Chavez. Sur Globovision, première chaîne d'opposition à son régime, la journée de suspense a été longue.
 
Dans la rédaction, la satisfaction générale était palpable à l'heure d'égrener les résultats. "Pendant les huit années de la présidence Bush, on a complètement oublié l'Amérique latine, explique julio Cesar Pineda, animateur  de l'émission politique internationale phare de Globovision "La Brujula internacional".
 
"Après le 11 septembre 2001, tous les efforts se sont concentrés sur le Moyen-Orient, ajoute-t-il. Il n'y avait presque pas de rapports personnels entre Bush et les présidents latino-américains, sauf dans les conférences, parfois dans les sommets latino-américains, mais c'était très rare. Côté commercial, on ne peut pas dire qu'il y ait eu beaucoup d'investissements américains dans une zone traditionnellement tissée d'échanges, voisine, et aux liens affectifs très étroits".
 
La coopérative socialiste de Cracas observe, de loin

Loin des préoccupations américaines, la soirée s'est déroulée normalement à la coopérative socialiste du centre de Caracas. Le débat du jour était davantage centré sur un projet de terrain de sport et sur les prochaines élections régionales du 23 novembre prochain...
 
Car pour ces voisins de quartiers, tous chavistes, les présidents américains changent mais l'empire demeure ! "Bien-sûr, qu'on n'est pas mécontent, Obama, c'est toujours mieux que McCain. C'est un métisse comme nous, il a l'air sympathique et si Dieu le veut, il va prendre la main tendue par notre président Chavez pour venir visiter le Venezuela et se rendre compte par lui-même des bienfaits de notre révolution, en terme d'éducation, de logement, d'amélioration du niveau de vie dans les quartiers pauvres."
 
"Ca sera formidable, précise-t-il encore. Mais je crains que Barack Obama ne puisse pas faire grand chose, à cause du système qui l'entoure. Et Si Obama suit la même ligne politique que le président Bush, sa clique d'hommes d'affaires et tous les gens qui l'ont soutenu, je pense que ça va être très compliqué à l'avenir pour tout le monde."
 
Au Venezuela, on espère malgré tout que la victoire d'Obama va relancer le dialogue entre les États-Unis et l'Amérique latine, un continent si proche. 

Première publication : 05/11/2008

COMMENTAIRE(S)