Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

La victoire d'Obama suscite un intérêt mitigé à Caracas

Vidéo par François-Xavier FRELAND

Texte par François-Xavier FRELAND

Dernière modification : 06/11/2008

L'annonce de la victoire de Barack Obama a été diversement accueillie, au Venezuela. Si les chavistes attendent de voir sur pièce pour juger, les opposants à Hugo Chavez espèrent que les relations avec les États-Unis vont s'améliorer.

Il est une heure du matin à Caracas, lorsque Barack Obama  est officiellement élu 44e président des États-Unis. Chez Daniel et Marely, qui pour l'occasion ont reçu chez eux quelques amis, c'est le soulagement. 
 
Pas d'alcool, pas de champagne, on trinque la victoire au Coca-Cola. Réunis depuis 19 heures dans leur confortable appartement du quartier d'Altamira à Caracas, ils ont tous en commun d'être anti-chavez.
 
C'est sur CNN en anglais qu'ils se tiennent au courant des résultats. La plupart d'entre-eux connaît bien les États-Unis pour y avoir séjourné plusieurs fois. C'est un pays frère dont ils se sentent éloignés depuis l'accession au pouvoir de Hugo Chavez en 1998, et la détérioration des relations diplomatiques entre les deux pays.
 
Cette victoire historique est peut-être synonyme de dégel. En septembre dernier, l'ambassadeur américain a même été expulsé par Hugo Chavez. "Pour nous, la victoire d'Obama représente un espoir. L'espoir d'une amélioration, d'un réchauffement des relations diplomatiques et commerciales. Hugo Chavez l'a lui même annoncé, si Obama passait, les choses iraient mieux entre les deux pays. Mais d'un autre côté, on craint justement que ce président d'un parti démocrate, disons le, plutôt de gauche, ne conforte Chavez dans sa position de leader socialiste dans la région."
 
Soirée électorale sur la télévision vénézuélienne


Toute la soirée, sur les chaînes de télévision vénézueliennes, les figures de McCain ou d'Obama ont ravi la vedette au président Hugo Chavez. Sur Globovision, première chaîne d'opposition à son régime, la journée de suspense a été longue.
 
Dans la rédaction, la satisfaction générale était palpable à l'heure d'égrener les résultats. "Pendant les huit années de la présidence Bush, on a complètement oublié l'Amérique latine, explique julio Cesar Pineda, animateur  de l'émission politique internationale phare de Globovision "La Brujula internacional".
 
"Après le 11 septembre 2001, tous les efforts se sont concentrés sur le Moyen-Orient, ajoute-t-il. Il n'y avait presque pas de rapports personnels entre Bush et les présidents latino-américains, sauf dans les conférences, parfois dans les sommets latino-américains, mais c'était très rare. Côté commercial, on ne peut pas dire qu'il y ait eu beaucoup d'investissements américains dans une zone traditionnellement tissée d'échanges, voisine, et aux liens affectifs très étroits".
 
La coopérative socialiste de Cracas observe, de loin

Loin des préoccupations américaines, la soirée s'est déroulée normalement à la coopérative socialiste du centre de Caracas. Le débat du jour était davantage centré sur un projet de terrain de sport et sur les prochaines élections régionales du 23 novembre prochain...
 
Car pour ces voisins de quartiers, tous chavistes, les présidents américains changent mais l'empire demeure ! "Bien-sûr, qu'on n'est pas mécontent, Obama, c'est toujours mieux que McCain. C'est un métisse comme nous, il a l'air sympathique et si Dieu le veut, il va prendre la main tendue par notre président Chavez pour venir visiter le Venezuela et se rendre compte par lui-même des bienfaits de notre révolution, en terme d'éducation, de logement, d'amélioration du niveau de vie dans les quartiers pauvres."
 
"Ca sera formidable, précise-t-il encore. Mais je crains que Barack Obama ne puisse pas faire grand chose, à cause du système qui l'entoure. Et Si Obama suit la même ligne politique que le président Bush, sa clique d'hommes d'affaires et tous les gens qui l'ont soutenu, je pense que ça va être très compliqué à l'avenir pour tout le monde."
 
Au Venezuela, on espère malgré tout que la victoire d'Obama va relancer le dialogue entre les États-Unis et l'Amérique latine, un continent si proche. 

Première publication : 05/11/2008

COMMENTAIRE(S)