Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Paris prévoit une baisse de la croissance et des déficits aggravés

Vidéo par AFP

Texte par AFP

Dernière modification : 06/11/2008

Le ministre du Budget français Eric Woerth a estimé que le déficit pour 2009 devrait dépasser la limite des 3%, tandis que la ministre de l'Économie, Christine Lagarde, a abaissé les prévisions de croissance entre 0,2% et 0,5%.

L'aggravation de la crise financière a conduit la France à revoir en baisse ses prévisions de croissance l'an prochain, désormais attendue entre 0,2% et 0,5%, alors que les déficits publics devraient s'aggraver.
  
La France table désormais sur une croissance comprise "dans une fourchette de 0,2% et 0,5%" en 2009 contre 1% auparavant, avec un budget bâti sur une prévision de 0,5% de croissance, a déclaré jeudi la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, lors d'une intervention au Sénat.
  
Pour 2010, la France prévoit une croissance de 2% contre 2,5% auparavant. Ensuite, elle s'attend à "un retour à une croissance de l'activité à 2,5% en 2011 et 2012".
  
Le déficit public, initialement prévu à 2,7% de PIB en 2009 est, lui, revu en hausse à 3,1% de PIB, a annoncé le ministre du Budget, Eric Woerth, devant le Sénat.
  
Cette nouvelle prévision est "responsable, exceptionnelle comme la situation l'exige mais lucide", a plaidé Mme Lagarde, soulignant qu'elle était "la plus basse jamais retenue par un gouvernement en France".
  
Elle reste supérieure à celle de la Commission européenne qui a annoncé lundi prévoir une croissance nulle en France l'an prochain avec un déficit à 3,5%.
  
La France a procédé à cette révision pour tenir compte de l'aggravation de la crise financière dont les effets "commencent à se faire sentir et vont perdurer pendant plusieurs trimestres", a souligné la ministre.
  
Cette crise "laissera sur les économies des séquelles durables", a-t-elle dit.
  
La France a aussi revu en baisse sa prévision d'inflation en 2009, à 1,5% contre 2% prévu dans le budget, pour tenir compte de la baisse des prix des matières premières, ainsi que sa prévision de taux de change: elle table désormais sur un euro à 1,33 dollar l'an prochain contre 1,45 auparavant.
  
Les conséquences de la crise financière "l'emporteront sur les effets positifs" induits par la baisse de l'inflation et du cours de l'euro, a dit Mme Lagarde.
  
"La crise financière actuelle est une crise des abus, des excès, des excès de crédit, d'endettement, de complexité, de cupidité, d'irrationalité", a encore dit la ministre.
  
En 2008, Eric Woerth a dit s'attendre à "un peu plus de 3 milliards de recettes en moins" que prévu et tabler désormais sur un déficit à 2,9% du PIB contre 2,7% auparavant.
  
En 2009, "nous n'augmenterons pas le poids global des impôts même si les recettes publiques venaient à fléchir", a redit Christine Lagarde.

Première publication : 06/11/2008

COMMENTAIRE(S)