Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Deux policiers géorgiens tués près de la frontière sud-ossète

Texte par AFP

Dernière modification : 10/11/2008

Deux policiers géorgiens auraient été tués, lundi, dans l'explosion d'une bombe alors qu'ils effectuaient une patrouille dans un village situé non loin de l'Ossétie du Sud. Tbilissi soupçonne la Russie d'être à l'origine de l'attaque.

Deux policiers géorgiens ont été tués par l'explosion d'une bombe lundi près du territoire séparatiste pro-russe d'Ossétie du Sud, a annoncé le ministère géorgien de l'Intérieur à l'AFP.

"Deux policiers géorgiens ont été tués aujourd'hui par l'explosion d'un engin non identifié au cours d'une patrouille dans le village de Dvani sous contrôle géorgien, près de l'Ossétie du Sud", a précisé un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Zourab Gvenetadze.

"Une deuxième explosion s'est produite au moment où un autre groupe de policiers géorgiens arrivait sur les lieux de l'incident. Trois ont été blessés, dont l'un grièvement", a ajouté le porte-parole.

Cette dernière a été déclenchée à distance, tandis que le type de la première explosion n'a pu être déterminé jusqu'ici, selon M. Gvenetadze.

Des responsables géorgiens soupçonnent la Russie d'être à l'origine de ces actes, les plus récents après une série d'explosions et d'échanges de coups de feu à l'intérieur et autour de l'Ossétie du Sud au cours des dernières semaines, témoins d'une tension toujours élevée dans cette région du Caucase.

Les autorités géorgiennes avaient accusé le week-end dernier des miliciens pro-russes d'Ossétie du Sud d'avoir pris le contrôle du village géorgien de Perevi, risquant de provoquer l'exode de centaines d'habitants.

Tbilissi avait tenté de reprendre le contrôle de l'Ossétie du Sud le 8 août, provoquant une intervention militaire russe en Géorgie et une guerre éclair de cinq jours. Fin août, Moscou a reconnu l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'autre région georgienne sécessionniste, l'Abkhazie.

En vertu d'un accord de cessez-le-feu, parrainé par l'UE, entre Russes et Géorgiens, les forces russes se sont ensuite repliées en Ossétie du Sud et en Abkhazie.

 

 

Première publication : 10/11/2008

COMMENTAIRE(S)