Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Royal serait candidate au poste de premier secrétaire du PS

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par AFP

Dernière modification : 12/11/2008

Un responsable politique proche de Ségolène Royal a laissé entendre que l'ex-candidate à la présidentielle sera candidate au poste de premier secrétaire du Parti socialiste. Sa motion était arrivée en tête lors du vote des militants.

Regardez notre reportage "Les militants socialistes sortent Ségolène Royal de leurs chapeaux"

 

Ségolène Royal sera candidate au poste de premier secrétaire du PS laissé vacant au congrès de Reims par François Hollande, a rapporté mardi un de ses proches sans vouloir être cité, tandis qu'un autre affirmait que ce n'était pas acquis.
   
"Elle est candidate, de toute façon c'est inscrit dans le score" de sa motion pour le congrès, arrivée en tête du vote des militants le 6 novembre avec 29% des voix environ, a déclaré un responsable politique proche de l'ex-candidate à la présidentielle, qui a requis l'anonymat.
   
Contactée par l'AFP, Ségolène Royal n'a pas souhaité réagir. "Personne n'a rien à annoncer", a-t-elle affirmé.
   
Depuis lundi, des proches de Ségolène Royal se sont relayés pour laisser prévoir qu'elle serait candidate. François Rebsamen et Manuel Valls ont ainsi affirmé que l'ex-candidate à l'Elysée en 2007 avait "toute légitimité pour porter les couleurs de la motion" lors de l'élection du nouveau premier secrétaire.
   
Celui-ci sera élu par un vote des militants le 20 novembre, quatre jours après la fin du congrès de Reims.
   
Interrogé pour confirmation, un autre responsable politique proche de Mme Royal a répondu, sans vouloir non plus être cité: "personne ne peut dire qu'il est sûr qu'elle sera candidate. Elle n'a dit à personne si elle l'était".
   
Il s'est borné à relever que "les conditions apparaissent plus favorables" pour briguer la succession de M. Hollande car le résultat du vote "est incontournable".
   
La motion, conduite par le maire de Lyon Gérard Collomb et sur laquelle Mme Royal figurait en 17e position, a devancé de 4 à 5 points celles de Bertrand Delanoë et de Martine Aubry.
   
Ségolène Royal avait déclaré le 16 mai dernier qu'elle serait candidate à ce poste "si les militants le jugent utile". Mettant en avant son refus d'"un affrontement de personnes" du fait de l'entrée en lice de Bertrand Delanoë, elle avait remisé sa candidature à la mi-septembre, la mettant "au Frigidaire".
   
A ce jour, Benoît Hamon (gauche du PS) est le seul véritable candidat déclaré, M. Delanoë ayant amorcé un retrait de sa candidature après le vote du 6 novembre.
 

Première publication : 11/11/2008

COMMENTAIRE(S)