Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Royal serait candidate au poste de premier secrétaire du PS

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par AFP

Dernière modification : 12/11/2008

Un responsable politique proche de Ségolène Royal a laissé entendre que l'ex-candidate à la présidentielle sera candidate au poste de premier secrétaire du Parti socialiste. Sa motion était arrivée en tête lors du vote des militants.

Regardez notre reportage "Les militants socialistes sortent Ségolène Royal de leurs chapeaux"

 

Ségolène Royal sera candidate au poste de premier secrétaire du PS laissé vacant au congrès de Reims par François Hollande, a rapporté mardi un de ses proches sans vouloir être cité, tandis qu'un autre affirmait que ce n'était pas acquis.
   
"Elle est candidate, de toute façon c'est inscrit dans le score" de sa motion pour le congrès, arrivée en tête du vote des militants le 6 novembre avec 29% des voix environ, a déclaré un responsable politique proche de l'ex-candidate à la présidentielle, qui a requis l'anonymat.
   
Contactée par l'AFP, Ségolène Royal n'a pas souhaité réagir. "Personne n'a rien à annoncer", a-t-elle affirmé.
   
Depuis lundi, des proches de Ségolène Royal se sont relayés pour laisser prévoir qu'elle serait candidate. François Rebsamen et Manuel Valls ont ainsi affirmé que l'ex-candidate à l'Elysée en 2007 avait "toute légitimité pour porter les couleurs de la motion" lors de l'élection du nouveau premier secrétaire.
   
Celui-ci sera élu par un vote des militants le 20 novembre, quatre jours après la fin du congrès de Reims.
   
Interrogé pour confirmation, un autre responsable politique proche de Mme Royal a répondu, sans vouloir non plus être cité: "personne ne peut dire qu'il est sûr qu'elle sera candidate. Elle n'a dit à personne si elle l'était".
   
Il s'est borné à relever que "les conditions apparaissent plus favorables" pour briguer la succession de M. Hollande car le résultat du vote "est incontournable".
   
La motion, conduite par le maire de Lyon Gérard Collomb et sur laquelle Mme Royal figurait en 17e position, a devancé de 4 à 5 points celles de Bertrand Delanoë et de Martine Aubry.
   
Ségolène Royal avait déclaré le 16 mai dernier qu'elle serait candidate à ce poste "si les militants le jugent utile". Mettant en avant son refus d'"un affrontement de personnes" du fait de l'entrée en lice de Bertrand Delanoë, elle avait remisé sa candidature à la mi-septembre, la mettant "au Frigidaire".
   
A ce jour, Benoît Hamon (gauche du PS) est le seul véritable candidat déclaré, M. Delanoë ayant amorcé un retrait de sa candidature après le vote du 6 novembre.
 

Première publication : 11/11/2008

COMMENTAIRE(S)