Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Les Bourses ouvrent en hausse en Europe

Texte par AFP

Dernière modification : 12/11/2008

Malgré les mauvaises nouvelles venues de l'économie américaine et la chute des marchés, mardi, les places européennes ont ouvert en hausse, mercredi, en Europe. Le CAC 40 gagnait notamment + 2,73 %.

Les marchés boursiers européens ont rebondi mercredi à l'ouverture, après une tendance baissière en Asie, alors même que les mauvaises nouvelles continuent d'émaner des entreprises et que les inquiétudes grandissent sur l'état d'esprit des consommateurs.
  
Les craintes d'un effondrement du géant automobile américain General Motors, qui emploie près d'un quart de million de personnes, pesaient encore sur les investisseurs, à peine rassurés par un plan d'aide aux propriétaires immobiliers surendettés annoncé mardi par Washington.
  
La Bourse de Paris a ouvert mercredi à +2,13%, alors que Francfort gagnait 0,85% et Londres 0,75%. Il s'agissait d'un rebond technique après les fortes chutes de la veille (Londres -3,57%, Francfort- 5,25%, Paris -4,83%).
  
En Asie, Tokyo a terminé la séance mercredi sur une baisse de 1,29%. Egalement en clôture, Sydney a perdu 0,85%, la Nouvelle-Zélande 0,98%, Séoul 0,43% et Taipei 0,50%.
  
Shanghai a de son côté terminé en hausse de 0,84%, dopée par le plan de relance de 586 milliards de dollars annoncé par Pékin ce week-end. A la mi-séance, Hong Kong chutait de 1,87%.
  
"L'économie mondiale continue de faiblir à cause des problèmes aux Etats-Unis", a commenté Hiroishi Nishi, courtier chez Nikko Cordial à Tokyo. Selon lui, les investisseurs "sont tiraillés entre le pessimisme et l'espoir de nouvelles mesures de relance" en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde.
  
A la Bourse de New York, l'indice Dow Jones a terminé mardi en baisse de 1,99%, réduisant ses pertes après l'annonce par Washington d'un plan destiné à aider les propriétaires immobiliers ayant du mal à rembourser leurs dettes.
  
Ces mesures sont destinées à prévenir la saisie des logements par le biais d'une modification des termes des emprunts immobiliers. Ce dispositif pourrait concerner une grande partie des 7,3 millions de foyers qui risquent de faire défaut sur leur emprunt immobilier entre 2008 et 2010.
  
Les investisseurs suivront mercredi la publication des chiffres de la production industrielle pour septembre en zone euro (vers 10H00 GMT), en attendant avec nervosité celles des ventes de détail et de la confiance des consommateurs américains, vendredi, à l'approche des fêtes de fin d'année.
  
Au Japon, l'indice de confiance des consommateurs a chuté en octobre à son plus bas niveau historique, reflétant les craintes des ménages pour l'emploi.
  
"La consommation des ménages devrait être durement touchée partout et les ventes de fin d’année s’annoncent très mauvaises", a relevé Valérie Plagnol, directrice de la stratégie au Crédit Mutuel-CIC.
  
En Allemagne, la banque immobilière Hypo Real Estate (HRE), en grosses difficultés depuis l'aggravation de la crise financière mi-septembre, a annoncé mercredi une perte nette de 3,1 milliards d'euros pour le troisième trimestre 2008, beaucoup plus lourde qu'attendue par les analystes.
  
Le quotidien économique français La Tribune a affirmé mercredi que Natixis, la banque d'investissement détenue par les groupes Banque populaire et Caisse d'Epargne, a perdu 975 millions d'euros sur les marchés en octobre.
  
La banque s'apprêterait à lancer un avertissement sur les résultats du 4e trimestre, alors qu'elle doit publier ceux du 3e jeudi, selon La Tribune.
  
Natixis a démenti ces informations, évaluant ses pertes en octobre à environ 250 millions d’euros.
  
Après l'immobilier et les banques, le secteur automobile est désormais au centre de toutes les inquiétudes. Mardi à Wall Street, l'action General Motors a reculé de 13,10% à 2,92 dollars, au plus bas depuis 65 ans, après avoir déjà chuté de plus de 20% lundi. Les analystes de la Deutsche Bank ont même prévenu qu'elle pourrait bientôt ne plus rien valoir du tout.
  
Selon le New York Times, le président élu Barack Obama a demandé à George W. Bush d'apporter une aide immédiate au secteur automobile américain, lundi lors de leur premier entretien à la Maison Blanche depuis l'élection. Des informations que la présidence américaine s'est toutefois refusée à confirmer.
  
En Allemagne, le constructeur américain Ford a confirmé mercredi avoir demandé de nouvelles aides au gouvernement, comme l'avait fait Opel, filiale de General Motors.
  
Mardi, plus d'un millier de salariés espagnols du groupe automobile japonais Nissan ont manifesté, certains avec violence, à Barcelone (nord-est), pour protester contre un projet de 1.680 licenciements.
  
En Suède, Volvo a annoncé 900 suppressions d'emplois supplémentaires, qui viennent s'ajouter aux 2.850 déjà annoncées en plusieurs fois par le groupe.
  
Sur le marché des changes, l'euro regagnait du terrain face au dollar après être passé sous la barre de 1,25 dollar. Vers 07H00 GMT, il grimpait à 1,2594 dollar. Les signes d'aggravation de la crise économique entraînent un retour des investisseurs vers le dollar, même si la situation aux Etats-Unis n'est guère réjouissante.
  
Les cours du pétrole poursuivaient leur repli mercredi, le prix du baril de "light sweet crude" pour livraison en décembre reculait de 38 cents à 58,95 dollars le baril dans les échanges matinaux en Asie.
  
Alors que les moteurs de la croissance calent les uns après les autres, Washington et Bruxelles ont souhaité que le sommet du G20, samedi à Washington, envoie un "signal clair" sur la libéralisation du commerce mondial.
  
La Banque mondiale a annoncé qu'elle allait presque tripler ses capacités de prêt aux pays en développement, en engageant jusqu'à 100 milliards de dollars sur trois ans pour empêcher une propagation de la crise à leurs systèmes financiers.

Première publication : 12/11/2008

COMMENTAIRE(S)