Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Objets d'exception.

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Les Écossais disent "non" à l’indépendance

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Le géant pharmaceutique GSK écope d'une amende record pour corruption

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

L'ONU réexamine le mandat de la Monuc

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par AFP

Dernière modification : 12/11/2008

Le Conseil de sécurité devait étudier, à huis clos, le mandat de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo, en vue de l'envoi de 3 000 hommes dans l'est du pays, en plus des 17 000 déjà sur place.

Lisez notre dossier: "Combats au Nord-Kivu", et retrouvez la page : "En savoir plus sur le conflit au Nord-Kivu." 


Le chef rebelle Laurent Nkunda affirme respecter le cessez-le-feu

 

Le Conseil de sécurité a de nouveau discuté mardi de la situation dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans prendre de décision sur les appels à un renforcement de la Mission de l'ONU sur place (Monuc), ont indiqué les diplomates.
   
Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Alain Le Roy, a précisé que le Conseil ne serait pas en mesure de se prononcer sur cette question avant la fin du mois.
   
"Un rapport du secrétaire général (Ban Ki-moon) sortira la semaine prochaine, pour une décision (du Conseil) vers la fin du mois", a-t-il dit à la presse. Le Conseil a prévu de nouvelles discussions sur la RDC le 26 novembre.
   
Rendant compte de la situation en RDC qu'il a visitée la semaine dernière, M. Le Roy a expliqué au Conseil les mesures de redéploiement de la Monuc prises pour faire face à la situation dans l'est, où l'armée congolaise s'est encore livrée à des pillages et exactions mardi, après une humiliante défaite fin octobre face à la rébellion du général déchu Laurent Nkunda.
   
Soulignant que les récents combats avaient poussé sur les chemins 250.000 nouveaux réfugiés, M. Le Roy a affirmé que la tâche principale de la Monuc était "de renforcer ses positions avec les troupes dont elle dispose sur le terrain". Avec 17.000 Casques bleus, la Monuc est la plus importante force de l'ONU dans le monde.
   
Selon M. Le Roy, 95% de ces troupes sont désormais déployées dans l'est du pays, dont 5.800 au Nord-Kivu et 3.500 au Sud-Kivu. La défense de Goma est "la priorité", a-t-il dit, réitérant que le mandat de la Monuc était suffisamment clair pour lui permettre de repousser par la force une éventuelle attaque.
   
Mais il a réitéré la demande formulée au Conseil dès le 3 octobre par le représentant de l'ONU en RDC, Alan Doss, d'un renforcement de la Monuc d'environ 3.000 hommes. "Nous avons demandé deux bataillons mobiles et un bataillon d'infanterie pour le Nord-Kivu", a-t-il dit.
   
A cet égard, M. Le Roy a affirmé que le Conseil était en train d'évoluer dans cette direction. "Il n'y a pas encore de décision mais l'humeur évolue en faveur d'un renforcement de la Monuc", a-t-il assuré.
   
Mais l'ambassadeur de Grande-Bretagne, John Sawers, n'a pas confirmé cette impression.
   
Rappelant que la Monuc était déjà la plus importante force de maintien de la paix de l'ONU, M. Sawers a déclaré que le Conseil allait "examiner sérieusement" la demande de renforts, mais qu'il devra auparavant "avoir la certitude que les forces existantes de la Monuc sont utilisées au mieux".
   
"Le Conseil de sécurité fait face à de nombreuses demandes dans le domaine du maintien de la paix", a-t-il poursuivi, citant la Somalie, le Darfour et le Tchad. "Le monde ne dispose pas d'une réserve inépuisable de Casques bleus", a-t-il affirmé.

Première publication : 12/11/2008

COMMENTAIRE(S)