Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

George Weah : la légende du football officiellement président du Liberia

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrine : une balle dans le pied d'Erdogan ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seba, une voix gabonaise hors du temps

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Choose France" : Macron reçoit les patrons étrangers à Versailles pour une opération séduction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

Une nouvelle école s'effondre dans le centre de Port-au-Prince

Texte par AFP

Dernière modification : 12/11/2008

Une école de Port-au-Prince s'est partiellement effondrée alors que les enfants se trouvaient dans la cour de récréation. Au moins sept d'entre-eux ont été blessés. Cet accident survient cinq jours après un cas similaire et meurtrier.

Une nouvelle école s'est effondrée partiellement mercredi dans le centre-ville de Port-au-Prince en Haïti faisant sept blessés, cinq jours après l'effondrement d'une école dans la banlieue de la capitale qui avait fait au moins 93 morts, a indiqué la police.
   
Selon la police, sept personnes ont été blessées et conduites à l'hôpital. Les écoliers de l'établissement "Grâce Divine" se trouvaient dans la cour de récréation au moment où le petit édifice s'est partiellement effondré.
   
Un journaliste de l'AFP a pu constater les dégâts sur place: le toit en béton s'était affaissé, les murs de l'école étaient fissurés et des blocs de murs étaient éparpillés au sol.
   
Les secouristes, venus en renfort depuis l'étranger pour participer aux opération de sauvetage après l'effondrement vendredi de l'école "La Promesse" sont arrivés très rapidement sur place pour aider à déblayer.
   
Des milliers de proches et de curieux ont également accouru sur les lieux, et la police s'efforçait de les contenir. L'école accueille habituellement selon le voisinage une centaine d'écoliers de 5 à 12 ans.
   
Les causes de ce nouvel effondrement sont inconnues pour l'instant. De fortes pluies se sont abattues mardi soir sur la capitale du pays, le plus pauvre du continent américain, déjà frappé récemment par une série d'ouragans meurtriers.
   
"C'est un problème d'urbanisme général", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Education Joël Desrosiers Jean-Pierre, arrivé sur les lieux, sans faire de plus amples commentaires.
   
L'effondrement vendredi de l'école privée "La Promesse", située dans un quartier déshérité de Pétion-ville, dans la banlieue de Port-au-Prince et qui accueillait des élèves âgés de 3 à 20 ans, a fait 93 morts et plus de 150 blessés, selon un dernier bilan.
   
Selon le ministre de la Jeunesse et des Sports, Evans Lescouflair, 350 écoliers se seraient trouvés à l'intérieur au moment de l'accident. Les sauveteurs ont estimé mardi que les chances de survie étaient réduites à néant, et des agents du ministère de la Santé procédaient à la désinfection du site.
   
La municipalité a décrété deux jours de deuil mercredi et jeudi en mémoire des enfants morts dans l'école "La Promesse".
   
Coincée entre les maisons du quartier, la construction en dur s'élevait sur deux étages, tandis qu'un troisième était en construction. Le premier étage s'est effondré, entraînant la chute du reste du bâtiment sur les élèves qui étaient en classe.
   
Le propriétaire de l'école, Augustin Fortain, un pasteur évangélique, qui s'était rendu de lui-même samedi à la police, a été entendu mardi par la justice et transféré au pénitencier national de Port-au-Prince.
   
Selon des témoignages d'habitants du quartier, M. Fortain, âgé d'une cinquantaine d'années, aurait lui-même construit l'école "La Promesse" sans faire appel à des spécialistes du bâtiment.
 

Première publication : 12/11/2008

COMMENTAIRE(S)