Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Demande de libération rejetée pour Al-Megrahi, malade

Texte par AFP

Dernière modification : 14/11/2008

La cour d'appel d'Edimbourgh a refusé de mettre en liberté conditionnelle d'Al-Megrahi, condamné à la prison à vie pour l'attentat de Lockerbie, alors qu'il souffre d'un cancer. Les juges estiment qu'il ne subit "aucun handicap".

La cour d'appel d'Edimbourg a rejeté vendredi la demande de libération conditionnelle du Libyen condamné pour l'attentat de Lockerbie (Ecosse) en 1988, Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi, qui souffre d'un cancer en phase terminale selon ses avocats.

Les avocats de M. Al-Megrahi, 56 ans, condamné à la prison à vie en 2001, avaient demandé que leur client soit remis en liberté conditionnelle provisoire dans l'attente d'un nouvel appel de sa condamnation, qui doit être examiné en 2009.

Il souffre d'un cancer de la prostate "en phase terminale" et devrait être libéré pour pouvoir rejoindre sa famille en Ecosse et suivre un traitement adapté, avaient-ils plaidé.

L'un des trois juges ayant statué sur cette affaire, Arthur Hamilton, a reconnu vendredi que le plaignant souffrait d'une maladie "incurable" mais "pour l'instant il ne souffre pas physiquement et ne subit aucun handicap".

"S'il réagit bien au traitement palliatif qu'il vient d'entamer, il pourrait avoir une espérance de vie de plusieurs années", a-t-il ajouté.

Pour cette raison, la cour d'appel "n'est pas persuadée qu'on ait atteint le stade où une libération anticipée se justifie", a déclaré Lord Hamilton. Le magistrat s'est dit prêt à examiner une nouvelle demande de remise en liberté si l'état de santé d'Al-Megrahi se dégradait.

Al-Megrahi a été condamné à la prison à vie avec un minimum de 27 ans en 2001 par trois juges écossais siégeant dans un tribunal extraordinaire aux Pays-Bas, pour avoir causé l'explosion d'un avion de la Pan Am le 21 décembre 1988 au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie, tuant les 259 personnes à bord et 11 à terre.

Cette attaque reste à ce jour l'attentat au bilan le plus lourd jamais perpétré en Grande-Bretagne.

"Je suis extrêmement affecté par le refus de la cour de me remettre en liberté dans l'attente de mon appel et de me donner la chance de passer le reste de ma vie avec ma famille", a pour sa part déclaré M. Al-Megrahi, dans un communiqué lu par l'un de ses avocats.

"J'aimerais réaffirmer que je n'ai strictement rien à voir avec l'attentat de Lockerbie et que le combat judiciaire pour blanchir mon nom se poursuivra, que je sois vivant ou non", a-t-il ajouté.

En juin 2007, Al-Megrahi --qui a toujours nié les accusations-- a été autorisé à déposer un deuxième appel contre sa condamnation après un échec en 2002. Cet appel doit être examiné en 2009.

Le porte-parole des victimes, Jim Swire, dont la fille Flora a été tuée dans l'attentat, a critiqué la décision des juges écossais qui ont "manqué l'occasion en or de faire preuve de compassion".

"Notre groupe n'a jamais eu pour objectif de chercher à nous venger", a-t-il affirmé dans une déclaration lue en son nom devant le tribunal par un proche.

"Le refus de rendre à sa famille un homme mourant, condamné par un verdict qui n'est pas encore définitif, ressemble de façon dérangeante à une forme de vengeance, ou de timidité", a-t-il déclaré.

Selon lui, M. Al-Megrahi pourrait désormais en appeler directement au ministre écossais de la Justice.

"Personnellement, j'espère qu'il le fera, et qu'il réussira", a-t-il conclu.

Première publication : 14/11/2008

COMMENTAIRE(S)