Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Après Kabila, Obasanjo va s'entretenir avec Nkunda

Vidéo par Marion GAUDIN

Texte par AFP

Dernière modification : 15/11/2008

Après s'être entretenu avec le chef de l'État congolais Joseph Kabila, l'envoyé spécial de l'ONU pour la RD Congo, Olusegun Obasanjo, est arrivé à Goma avant de rejoindre Rutshuru, où il doit rencontrer le chef rebelle Laurent Nkunda.

Après Kinshasa, l'émissaire de l'ONU pour la crise en République démocratique du Congo (RDC), l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, a poursuivi samedi ses consultations à Goma (est) où il doit rencontrer dimanche le chef rebelle Laurent Nkunda.
   
Dans la capitale congolaise, le nouvel envoyé spécial de l'ONU avait rencontré vendredi soir le président congolais Joseph Kabila, et s'est entretenu samedi matin avec les ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU.
   
M. Obasanjo s'est ensuite rendu à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu dans l'est du pays, afin d'y rencontrer Laurent Nkunda, dont les hommes sont positionnés depuis deux semaines aux portes nord de la ville.
   
Peu après son arrivée à Goma, M. Obasanjo est parti en hélicoptère de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc) pour survoler la région du conflit et se rendre compte de la situation militaire et humanitaire, selon une source onusienne.
   
Selon le porte-parole de la rébellion, Bertrand Bisimwa, la rencontre avec Laurent Nkunda est prévue dimanche matin dans la localité sous contrôle rebelle de Bunagana (70 km au nord-est de Goma), frontalière de l'Ouganda. La Monuc n'a donné aucune précision sur le lieu et l'heure de l'entretien.
   
Le chef rebelle "a été assez aimable pour m'appeler il y a trois jours alors que j'étais au Nigeria. Il m'a expliqué qu'il attendait beaucoup (...) d'une discussion en tête-à-tête", a expliqué à Kinshasa l'ex-président nigérian.
   
Aucun des émissaires internationaux qui se sont succédés ces dernières semaines en RDC n'a rencontré le chef rebelle, qui plus est sur ses terres du Nord-Kivu.
   
Après avoir discuté avec Nkunda, "je pense (...) que je saurai vraiment ce qu'il veut", a souligné l'envoyé de l'ONU, qui a expliqué mener "un premier round de consultations dans la région".
   
Ces consultations "exploratoires (...) se déroulent assez bien pour le moment" selon M. Obasanjo, qui doit se rendre ensuite à Nairobi. Auparavant, un porte-parole de la Monuc avait fait état d'une étape au Rwanda, que le gouvernement congolais accuse de soutenir les rebelles.
   
"Le président Kabila n'a pas posé ce que j'appellerai des conditions" à une possible rencontre ou des négociations avec Nkunda, a affirmé M. Obasanjo qui entend dire à Nkunda que la communauté internationale attend de lui "un cessez-le-feu durable".
   
Les combats à grande échelle ont repris fin août dans l'est de la RDC entre les rebelles et l'armée congolaise, en violation d'un cessez-le-feu conclu en janvier.
   
Laurent Nkunda menace depuis de renverser le gouvernement de Kinshasa et exige désormais des négociations en tête-à-tête avec le président Kabila. Les violences ont provoqué la fuite d'environ 250.000 personnes.
   
En visite à Kigali, le chef de diplomatie congolaise, Alexis Tambwe Mwamba, a affirmé pour sa part que son gouvernement approuve la participation "d'officiers de renseignement" rwandais à des opérations contre les rebelles hutus rwandais basés dans l'est de la RDC.
   
Exigée de longue date par le président rwandais Paul Kagame, la neutralisation de ces éléments FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) présents dans l'est du Congo est une des principales revendications de Nkunda, qui se pose en défenseur de la communauté tutsi congolaise.
   
La RDC et le Rwanda avaient signé en novembre 2007 à Nairobi un accord en ce sens, qui est depuis resté lettre morte.
   
A Luanda, le porte-parole du ministère angolais des Affaires étrangères a assuré que son gouvernement, traditionnel allié de Kinshasa, "ne va pas intervenir (en RDC) simplement pour entrer à nouveau en guerre", et voulait "contribuer à la stabilité de la région et non à sa confusion".
   
Sur le terrain, un bref accrochage a eu lieu samedi matin entre troupes rebelles et soldats de l'armée régulière en périphérie sud de la localité stratégique de Kanyabayonga.
   
Ces affrontements, impliquant des échanges de tirs d'artillerie, se sont déroulés à Kabasha (15 km au sud de Kanyabayonga) et ont duré une dizaine de minutes, selon la Monuc, qui a dit en ignorer la cause.
 

Première publication : 15/11/2008

COMMENTAIRE(S)