Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Terrasse : "Il n'y a pas de raison d'interdire Uber!"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei enregistre sa pire semaine depuis la crise de 2008

En savoir plus

LE DÉBAT

Procès d'Hissène Habré : perpétuité requise pour l'ancien président tchadien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Havane, terre d'œcuménisme"

En savoir plus

LE DÉBAT

Remaniement ministériel : un nouvel équilibre politique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un remaniement pour rien?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : à Bambari, symbole de la division, le candidat Dologuele rencontre un chef de guerre

En savoir plus

POLITIQUE

Stéphane Rozès : "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous"

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Le but de François Hollande est de déshabiller la gauche de la gauche"

En savoir plus

Ségolène Royal candidate à la tête du PS, la riposte s'organise

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par AFP

Dernière modification : 15/11/2008

La deuxième journée du congrès de Reims s'annonce tendue, au lendemain de l'annonce officielle de la candidature de Ségolène Royal au poste de premier secrétaire du Parti socialiste.

Regardez notre reportage "Les militants socialistes sortent Ségolène Royal de leurs chapeaux"

Lisez notre article "
Hamon craint que Royal ne propose un compromis mou"

Regardez l'émission Politiques avec Benoît Hamon en cliquant ici

 


Ségolène Royal a franchi le pas, elle est candidate à la direction du parti socialiste, mais ses rivaux ne désarment pas, et la deuxième journée du Congrès du PS, à Reims, s'annonce houleuse.

Prenant tout le monde de vitesse, l'ex-candidate à la présidentielle a annoncé vendredi soir, via son lieutenant Manuel Valls, qu'elle est candidate au poste de Premier secrétaire.

Elle s'est située d'emblée au dessus de la mêlée en déléguant, en cas d'élection jeudi prochain par les militants, la gestion quotidienne du parti à Vincent Peillon, une posture idéale pour 2012.

Les autres leaders du congrès, Bertrand Delanoë, Martine Aubry et Benoît Hamon, sont à la recherche d'une alliance commune et majoritaire.

Mais ils sont pour l'instant divisés: le maire de Paris a ainsi exclu de soutenir la maire de Lille ou l'eurodéputé pour une candidature au poste de premier secrétaire.

Un regroupement Delanoë-Aubry-Hamon est encore possible, à condition qu'il soit conduit par un responsable du courant Delanoë, selon des soutiens du maire de Paris.

Pour l'heure, seul Benoît Hamon, qui se situe à la gauche du parti, est officiellement candidat face à Mme Royal.

Mais tout est encore possible jusqu'à dimanche matin, date limite du dépôt des candidatures.

Le risque perdure que le congrès s'achève dimanche sans la fameuse "synthèse" recherchée à chaque congrès par les socialistes. Ce serait alors les militants qui trancheraient lors du vote sur les candidatures, jeudi prochain.

Première publication : 15/11/2008

COMMENTAIRE(S)