Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Ségolène Royal candidate à la tête du PS, la riposte s'organise

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par AFP

Dernière modification : 15/11/2008

La deuxième journée du congrès de Reims s'annonce tendue, au lendemain de l'annonce officielle de la candidature de Ségolène Royal au poste de premier secrétaire du Parti socialiste.

Regardez notre reportage "Les militants socialistes sortent Ségolène Royal de leurs chapeaux"

Lisez notre article "
Hamon craint que Royal ne propose un compromis mou"

Regardez l'émission Politiques avec Benoît Hamon en cliquant ici

 


Ségolène Royal a franchi le pas, elle est candidate à la direction du parti socialiste, mais ses rivaux ne désarment pas, et la deuxième journée du Congrès du PS, à Reims, s'annonce houleuse.

Prenant tout le monde de vitesse, l'ex-candidate à la présidentielle a annoncé vendredi soir, via son lieutenant Manuel Valls, qu'elle est candidate au poste de Premier secrétaire.

Elle s'est située d'emblée au dessus de la mêlée en déléguant, en cas d'élection jeudi prochain par les militants, la gestion quotidienne du parti à Vincent Peillon, une posture idéale pour 2012.

Les autres leaders du congrès, Bertrand Delanoë, Martine Aubry et Benoît Hamon, sont à la recherche d'une alliance commune et majoritaire.

Mais ils sont pour l'instant divisés: le maire de Paris a ainsi exclu de soutenir la maire de Lille ou l'eurodéputé pour une candidature au poste de premier secrétaire.

Un regroupement Delanoë-Aubry-Hamon est encore possible, à condition qu'il soit conduit par un responsable du courant Delanoë, selon des soutiens du maire de Paris.

Pour l'heure, seul Benoît Hamon, qui se situe à la gauche du parti, est officiellement candidat face à Mme Royal.

Mais tout est encore possible jusqu'à dimanche matin, date limite du dépôt des candidatures.

Le risque perdure que le congrès s'achève dimanche sans la fameuse "synthèse" recherchée à chaque congrès par les socialistes. Ce serait alors les militants qui trancheraient lors du vote sur les candidatures, jeudi prochain.

Première publication : 15/11/2008

COMMENTAIRE(S)