Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

Laurent Nkunda se déclare prêt à "trouver un cessez-le-feu"

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par AFP

Dernière modification : 17/11/2008

À l'issue d'un entretien avec l'émissaire de l'ONU, Olusegun Obasanjo, le chef des rebelles Laurent Nkunda se dit favorable à des négociations sur un cessez-le-feu. Les combats se poursuivent au sud de Kanyabayonga.

Regardez notre reportage exclusif sur les enfants soldats

 

Le chef rebelle Laurent Nkunda a affirmé dimanche, après sa rencontre avec l'envoyé de l'ONU Olusegun Obasanjo, vouloir négocier avec Kinshasa un cessez-le-feu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où de nouveaux combats violents ont éclaté.
   
"Nous voulons contacter la partie adverse (le gouvernement) pour trouver un cessez-le-feu", a déclaré à la presse Laurent Nkunda, à l'issue d'un entretien de près de deux heures avec M. Obasanjo à Jomba, localité de l'est en territoire rebelle.
   
M. Nkunda a réaffirmé qu'il respectait le cessez-le-feu proclamé unilatéralement par son mouvement le 29 octobre après deux mois de combats contre l'armée dans la province du Nord-Kivu (est).
   
Pour sa part M. Obasanjo a déclaré: "Je sais maintenant ce qu'il (Nkunda) veut. Je sais qu'un cessez-le-feu est comme danser le tango: on ne peut pas être seul" à respecter la cessation des hostilités.
   
Selon l'émissaire de l'ONU, le chef rebelle a par ailleurs accepté la création d'un comité tripartite pour faire respecter un cessez-le-feu bilatéral.
   
Ce comité sera composé d'un membre de la rébellion, d'un représentant du gouvernement et d'une troisième personne qui reste à définir, mais qui pourrait être un "individu" issu de la Mission des Nations unies en RDC (Monuc), selon M. Obasanjo.
   
Le gouvernement congolais a refusé dans l'immédiat de commenter ces déclarations, expliquant, par la voix de son porte-parole Lambert Mende, "attendre le rapport" de l'envoyé spécial de l'ONU avant de se prononcer.
   
M. Obasanjo est le premier émissaire international, parmi les nombreux qui se sont succédés ces dernières semaines dans l'ex-Zaïre, à rencontrer officiellement M. Nkunda.
   
A son arrivée en hélicoptère à Jomba, située à 80 km au nord-est de Goma, la capitale du Nord-Kivu, MM. Obasanjo et Nkunda se sont serrés la main chaleureusement.
   
M. Nkunda, général déchu congolais tutsi, avait troqué son uniforme militaire pour un costume gris clair et une chemise blanche rehaussée d'une cravate rouge.
   
L'ex-président nigérian Obasanjo a rapidement passé en revue les troupes de la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) qui étaient présentes, avant que les deux hommes n'entrent main dans la main dans un bâtiment de la paroisse de Jomba pour des discussions.
   
Peu après, M. Obasanjo s'est envolé pour le Rwanda voisin, que Kinshasa accuse de soutenir le CNDP.
   
Les rebelles de Laurent Nkunda sont actifs depuis plusieurs années dans l'est de la RDC, frontalier du Rwanda, mais depuis fin août 2008, des combats d'une grande intensité ont repris entre armée et CNDP, en violation d'un cessez-le-feu conclu en janvier.
   
Les rebelles ont infligé ces dernières semaines d'humiliantes défaites à l'armée: ils sont positionnés depuis fin octobre à une quinzaine de kilomètres de Goma et depuis quelques jours à une vingtaine de kilomètres de Kanyabayonga (100 km plus au nord), un verrou stratégique pour accéder dans la partie nord du Nord-Kivu.
   
Peu avant que MM. Obasanjo et Nkunda ne débutent leurs discussions, de violents combats ont éclaté entre CNDP et armée, à une vingtaine de km de Kanyabayonga, tenu par les Forces armées de RDC.
   
Ces affrontements au mortier et à la roquette se poursuivaient dans l'après-midi, selon le porte-parole militaire de la Monuc, le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich.
   
Les rebelles "ont pris le petit village de Ndeko", où avaient débuté à l'aube les affrontements, a-t-il précisé.
   
Un Casque bleu indien a été blessé par un éclat d'obus alors que des combats se déroulaient près d'une base de l'ONU à Rwindi, selon la même source.
   
Interrogé pour savoir qui avait débuté les hostilités dimanche, le porte-parole de la Monuc a répondu: "On pense que c'est le CNDP".
 

Première publication : 16/11/2008

COMMENTAIRE(S)